RMC

Sylvie n'a jamais commis d'infraction mais se voit retirer des points sur son permis à cause d'une homonyme

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Depuis 2 ans, Sylvie perd des points sur son permis de conduire à cause d'une homonyme, coupable de plusieurs excès de vitesse dans un département à plus de 500 kilomètres de chez elle.

Imaginez. Vous êtes un très bon conducteur, vous n'avez jamais fait d'infraction mais vous perdez des points sur votre permis. C'est ce qui arrive Sylvie, qui vit à Ingré dans le Loiret, à cause d'une femme qui a le même nom qu'elle mais qui conduit beaucoup moins bien. 

Elle vit à Ingré dans le Loiret. En septembre 2019, son mari Hervé se rend compte que Sylvie a perdu des points sur son permis de conduire. Elle reçoit en effet une lettre lui indiquant qu'elle n'a plus que 7 points à cause de 6 excès de vitesse. Le couple est très surpris car Sylvie n'a jamais reçu d'amende et elle respecte scrupuleusement le code de la route. Hervé décide alors d'enquêter:

"On s'aperçoit alors que ce sont des infractions qui ont eu lieu dans les Vosges avec le même nom et prénom que mon épouse; Sylvie Maillard. On ne comprenait pas parce que nous n'avons jamais habité là-bas et nous ne sommes même jamais allé dans les Vosges".
"Il y avait le numéro d'immatriculation de la voiture et le modèle, une Renault Clio, un modèle de voiture que mon épouse n'a jamais eu. Ce que l'on craint c''est que cette dame fasse des infractions et que ce soit mon épouse qui soit impactée, qu'on lui dise un jour alors qu'elle n'a jamais fait d'infractions. On aimerait que cela cesse, cela fait deux ans que ça dure".

>> A LIRE AUSSI - L'avocat Juan Branco mis en examen mardi à Paris pour "viol"

La délégation à la sécurité routière prévenue

Hervé et Sylvie ont fait plein de démarches pour récupérer les points. Ils ont écrit à l'officier du ministère public, ils ont envoyé la copie de la carte grise pour prouver qu'elle ne correspond pas à la plaque d'immatriculation de la voiture flashée, ils ont envoyé leur taxe d'habitation pour montrer qu'ils ne vivent pas du tout à l'endroit des infractions. On les a renvoyés vers un officier à Rennes du coup rebelote, ils ont réécrit.

Et après plusieurs mois ils ont fini par recevoir un document leur demandant d'envoyer un formulaire avec... les avis de contravention. Avis que Sylvie n'a bien sûr jamais reçus. Leurs démarches se sont donc arrêtées là et c'est à cet instant qu'ils se sont dits qu'ils allaient contacter RMC qui a décidé de continuer l'enquête.

L'homonyme responsable des excès de vitesse, l'autre Sylvie. Officiellement elle n'était pas au courant mais ça ne l'étonne pas complètement: "Je pense que c'est moi, oui c'était il y a quelques années, parfois je roule un peu vite, j'ai reçu des contraventions, j'ai payé mais les points je ne peux pas vous dire", assure-t-elle à RMC. Et elle le promet, elle est prête à aider la Sylvie Maillard de l'Indre à récupérer ses points.

Cela parait fou quand que des citoyens doivent eux-mêmes mener l'enquête pour prouver aux administrations qu'elles se sont trompées. RMC a alerté la Délégation à la sécurité routière, cela dépend maintenant du Ministère de l'Intérieur et on nous a promis que le cas de Sylvie allait être traité rapidement.

>> A LIRE AUSSI - "On ne sait pas où on va, on en a tous marre": en Guadeloupe, les premières pénuries se font ressentir

Marie Dupin et Benoît Ballet