RMC

Technique du "petit train" pour ne pas payer le péage: le montant de l'amende multiplié par 5

RMC
Le gouvernement intensifie les contrôles et alourdit les sanctions contre les fraudeurs aux péages.

Coller la voiture devant vous au péage pour passer avec elle quand la barrière se lève et éviter de payer: le gouvernement intensifie la chasse à la technique du "petit train" aux barrières de péages.

Technique connue chez les fraudeurs... et des autorités également qui haussent le ton: les sanctions vont être alourdies et notamment le montant de l'amende qui est désormais multiplié par cinq. De 75 euros jusqu'à présent, elle sera désormais de 375 euros. Et pourra même monter jusqu'à 7500 euros en cas de récidive. Des sommes auxquelles il faudra, évidemment, ajouter les sommes dues à la barrière de péage. 

L'objectif du gouvernement est d'inciter à payer à la barrière et que cela devienne une habitude, pour, à terme... enlever les barrières. Car le futur est bien d'installer des péages sans barrières, remplacées par de grands portiques au-dessus des voies munies de capteurs pour détecter les véhicules. 

Pour le moment, il n'y a qu'un péage de ce type en France, sur l'A4, entre Metz et Forbach. Le ministère des Transports y voit un moyen de limiter les bouchons et donc les émissions de gaz à effets de serre. Les sanctions, elles, seraient plus clémentes, en cas de non-paiement à ces péages sans barrières.

Martin Bourdin