RMC

TGV Max jeune: pourquoi est-ce si compliqué d'obtenir des billets malgré l'abonnement?

Les utilisateurs sont toujours plus nombreux à se plaindre de l'abonnement TGV Max de la SNCF et de son manque de transparence pour l'obtention de billets via celui-ci.

Fini les vacances de la Toussaint, retour à l'école pour des millions de jeunes ce lundi. Ce week-end, beaucoup d'étudiants ont ainsi pris un train SNCF pour retourner dans leur ville d'études. Mais ils sont de plus en plus nombreux à râler en ce moment contre leur abonnement TGV Max.

Pour un prix fixe de 79 euros par mois, l'abonnement garantit des trains à 0 euro. Pour en bénéficier, il faut avoir en 16 et 27 ans. Les étudiants sont ainsi la cible première de cette offre.

Toutefois, en ce moment, les trains sont de plus en plus remplis. Avec le nombre de voyageurs lambda en hausse, il y a de moins en moins de places pour les abonnés TGV Max.

Nassym l'a bien constaté. Il est étudiant, et le week-end dernier, il a dû renoncer à son voyage vers Marseille. Pas de place TGV Max. Il aurait donc dû payer une place à 160 euros aller-retour, en plus de son abonnement mensuel.

"Le gros problème depuis le départ, c'est le manque de transparence"

Même l'anticipation n'est pas une solution. Les billets sous abonnement ne sont disponibles que 30 jours avant la date de départ. Résultat, les places s'arrachent.

"Il faut s'y prendre à la toute dernière minute pour espérer avoir une place, prévoir en avance son trajet et aller voir ses proches est donc inenvisageable", regrette-t-il.

Comme Nassym, Paul est abonné depuis qu'il est étudiant. Et comme lui, de nombreux abonnés ne comprennent pas comment ces fameuses places TGV Max sont attribuées.

"Le gros problème qu'il y a depuis le départ avec cet abonnement, c'est le manque de transparence. Il n'y a pas de règles. La SNCF nous dit de ne pas s'inquiéter en disant qu'il y aura peut-être des billets..."

De son côté, la SNCF explique qu'il y a toujours autant de voyages éligibles, mais ce n'est ni sur les axes principaux, ni aux heures de pointe. Pour ces trajets, l'entreprise assume de remplir ses trains aux tarifs normaux, et qu'il n'y a donc aucune raison, de mettre des places à disposition des abonnés TGV Max.

Cassandre Braud (édité par J.A.)