RMC

"Tous les indicateurs sont au rouge": le trafic de drogue explose avec la hausse de la consommation en France

RMC
La consommation de drogue continue d'augmenter en France. Et avec elle, le trafic de drogue et ses dommages collatéraux loin d'être négligeables.

Les trafiquants de drogue ont un point commun avec le ministre de l'Intérieur. Ils ne veulent surement pas entendre parler de légalisation. Car malgré l'arsenal législatif, la consommation de drogue continue d'augmenter en France, déjà championne d'Europe de l'usage de cannabis.

"Tous les indicateurs sont en rouge. La consommation et la production augmentent. En Colombie, les surfaces de production de la cocaïne ont triplé ces dernières années. Au Maroc, les produits sont plus forts qu’avant. Et personne ne s’empare du sujet si ce n’est pour parler de la dépénalisation", raconte Claire Andrieux, auteure "La guerre de l’ombre, le livre noir du trafic de drogue en France", et ancienne journaliste police-justice chez RMC et BFMTV.

"La jambisation"

"La violence est inhérente au trafic de drogue, c’est une économie énorme qui génère près de quatre milliards d’euros chaque année. Il y a beaucoup d’arnaques et de menaces", détaille-t-elle.

Si les règlements de compte ne sont pas particulièrement en hausse en France, les enquêteurs constatent que les violences et les intimidations par arme à feu sont elles en augmentation: "85% des saisies d’armes sont liées au trafic de drogue. La dernière ‘mode’, c’est la jambisation. Les différents dealers se tirent dans les jambes pour handicaper fortement leurs rivaux". Le but ? Devenir le ‘drive’ de la ville en prenant le contrôle de cités faciles d’accès.

Autre 'mode', l’enlèvement de dockers. En France, 19 employés portuaires ont été enlevés ces dernières années, le dernier en date au Havre en septembre dernier, et l'un d'eux a même été retrouvé mort tué par balle en juin dernier.

Ici, l’objectif est de les menacer pour les forces à travailler avec les organisations criminelles en les forçant à être corrompus pour sortir la cocaïne.

Guillaume Dussourt