RMC

"Vous n'êtes pas dans les fichiers": le permis d'une conductrice confisqué, 29 ans après l'avoir eu

Une comptable du Sud de la France a été interdite de rouler à la suite d'un banal contrôle, quand les forces de l'ordre se sont aperçues qu'elle n'existait dans aucun fichier. Elle l'avait pourtant passé à Troyes (Aube) en 1993, mais aucune trace manuscrite n'en fait état. RMC s'engage pour vous s'est penché sur ce dossier étonnant.

Marie est comptable, travaille dans plusieurs établissements de la Côte-d’Azur et se déplace beaucoup. Cet été, elle est arrêtée par les gendarmes, contrôle de routine. Elle présente son permis de conduire et là, surprise: "Votre document n’existe pas dans nos fichiers madame", lui indique-t-on. Les agents évoquent une probable erreur informatique. Marie repart donc chez elle.

Elle prévient tout de même la préfecture de Troyes, où elle a passé son permis 29 ans plus tôt. Début novembre, elle est convoquée et là, nouvelle surprise.

"Je pensais que ce serait une formalité, nous explique-t-elle. Sauf que ça ne s'est pas passé comme ça. Elle n'a pas pu certifier que c'était un permis officiel, du coup on me l'a pris et on m'a invitée à sortir de la préfecture sans permis à 1.000 km de chez moi." Pour rentrer chez elle, c’est donc son mari qui a dû conduire.

Comment prouver que son permis est un vrai?

Marie est à bout, après avoir tout tenté. Elle a passé l’épreuve de conduite le 11 juin 1993 sauf que l’auto-école a fermé depuis. Elle a écrit au maire de Troyes, à la préfète, au ministre de l’Intérieur. Elle a aussi contacté Groupama, qui assure ses véhicules depuis 29 ans, mais qui n’a pas gardé les archives papiers. Et les conséquences de cette situation inextricable sont très concrètes pour elle et sa famille, d’autant qu’elle habite un petit village de l’arrière-pays niçois.

"J'ai dû louer une voiture sans permis, j'ai deux enfants mais je n'ai pas assez de place pour les deux. Je faisais passer la conduite accompagnée de ma fille mais j'ai dû arrêter...", explique-t-elle.

Une action en justice?

Comme par magie, le commissariat de Troyes a appelé Marie il y a une semaine pour la prévenir que finalement tout est en ordre, son permis est bien authentique et va lui être renvoyé, sans plus d’explications.

Nous avons demandé des précisions à l’ANTS, l’Agence nationale des titres sécurisés. La plateforme officielle des permis de conduire n’a aucun commentaire à faire et nous renvoie vers la direction à la sécurité routière, qui n’est toujours pas revenue vers nous.

De son côté, Marie a pris un avocat et réfléchit à attaquer l’administration pour cette erreur et les frais engendrés, notamment les 1.300 euros de location d'une voiture sans permis.

>>> Contactez-nous par mail à rmcpourvous@rmc.fr

Amélie Rosique et les équipes de RMC s'engage pour vous