RMC

Une proposition de loi visant à interdire la corrida examinée à l'Assemblée: la fronde s'organise

Les députés vont se pencher ce mercredi sur une proposition de loi d'Aymeric Caron qui vise à interdire les corridas. Une idée que refusent certaines villes du Sud de la France, comme Dax, où la culture taurine est très marquée.

Une proposition de loi du député insoumis Aymeric Caron visant à interdire les corridas est examinée ce mercredi en commission des lois, à l’Assemblée nationale. Le texte sera soumis au vote de l'Assemblée le 24 novembre. Il a peu de chances d'aboutir, le gouvernement y est défavorable.

Mais dans les villes taurines, la fronde s'organise. À Alès, Arles, Bayonne, Béziers, Dax, Istres, Pau ou encore Perpignan, des marches d'élus de tous bords et d'aficionados sont prévues samedi dans une douzaine de préfectures et sous-préfectures. Car une interdiction serait catastrophique selon les villes taurines du Sud de la France. Elles entraîneraient la perte d’une manne financière majeure.

En finir avec la corrida, une idée qui fait bondir Jean-Baptiste Molas. Il est torero à Dax.

“Je pense surtout aux gens qui vont aux corridas, les spectateurs, ça serait juste enlever une partie de l’identité de ces régions-là”, assure-t-il.

Un risque économique pour les villes taurines?

Il est aussi gérant d’une épicerie fine et s’inquiète de l’impact économique. “Pour ma boutique, mais finalement pour toute la ville et la région, ça aurait un impact catastrophique. La plus grosse période en termes d’attractivité, ce sont les férias de Dax. Les férias impliquent automatiquement les corridas. Donc, économiquement, il y aurait une perte pour tous les commerçants, les hôtels, les restaurants, car c’est environ 60 à 70% du chiffre d’affaires de l’année qui sont réalisés en cinq jours”, estime-t-il.

Le maire de Dax parle même d’un “cercle vertueux” concernant les dépenses.

“A l’heure où nous parlons, ce sont des dépenses qu’on peut qualifier de productives puisqu’elles rapportent plus voire même beaucoup plus que ce que la collectivité met sur la table pour l’organisation de ces spectacles”, indique-t-il.

Les fêtes de Dax représentent un budget annexe de cinq millions d’euros pour la ville.

Elena Vorms avec Guillaume Descours