RMC

Une voiture détruite par des braqueurs, l'assurance refuse d'indemniser et réclame... un constat

En 2014, la voiture de Dominique a été percutée par la Porsche de braqueurs qui tentaient de prendre la fuite après avoir dévalisé une bijouterie. Pendant près de huit ans, il a essayé de se faire indemniser par son assurance, qui lui demandait un constat.

Dans le Nord de la France, en 2014, une Porsche Cayenne s’arrête au feu rouge. A l’intérieur, des braqueurs viennent de dévaliser une bijouterie. Sirène hurlante, la police arrive. La Porsche redémarre, percute plusieurs véhicules dans sa fuite, avant d’être enfin stoppée.

Parmi les voitures embouties, il y a celle de Dominique. Les policiers l’invitent à se rendre au commissariat pour porter plainte. Ce qu’il fait. Son véhicule, lui, part à la casse. C’était il y a huit ans et Dominique n’a toujours pas perçu un centime d’indemnisation.

“J’ai envoyé ma carte grise à mon assureur. Ils ont tous les documents officiels en main mais ils n’ont jamais voulu m’indemniser. Là, je viens d’être licencié, je me retrouve quasiment sans ressource. J’ai 7.500 euros qui traînent dans les rues depuis 2014 pour quelque chose où je n’ai rien à voir”, explique-t-il.

Alors, pourquoi Dominique n’est pas indemnisé? L’explication de son assureur peut prêter à sourire tellement elle est invraisemblable. L’olivier Assurances refuse d’indemniser notre auditeur RMC parce qu’il n’a pas de constat. Faire un constat avec des braqueurs qui ont volé une voiture pour dévaliser une bijouterie, ce n’est quand même pas évident.

Un geste commercial de la part de l'assureur

Les braqueurs ont bien été poursuivis par la justice et condamnés en 2015 à verser la somme de 3.700 euros au titre des préjudices subis par Dominique. Mais les braqueurs sont insolvables. Et notre auditeur n’est pas éligible au dispositif du fonds de garantie des victimes. Bref, sa situation est inextricable.

“RMC s'engage pour vous" a essayé d’aider Dominique, ce qui n’a pas été facile. Dans un premier temps, l’assureur nous soutenait que ce n’était pas à lui de payer, puisqu’un jugement pénal a eu lieu. Or, nous nous sommes renseignés, et la loi est sans équivoque: dans ce cas précis, il revient à l’assureur d’indemniser.

Nous avons donc rappelé L’olivier Assurances et après huit ans d’attente, Dominique va recevoir avant la fin de la semaine 1.600 euros sur son compte en banque, ce qui correspond au prix estimé de sa voiture, auquel s’ajoute un geste commercial de l’assureur.

Amélie Rosique