RMC

Voile dans les bureaux de vote: "Il faut laisser en paix les femmes voilées, et je dis ça alors que je vote Rassemblement national"

La crise sanitaire s'est éloignée, laissant les politiques se concentrer sur l'un de leur sujet de prédilection: le voile islamique. Mais même Elizabeth, auditrice de RMC et électrice du Rassemblement national est fatiguée de ces polémiques à répétition.

Une photo aux incroyables conséquences. Lors du premier tour des élections régionales le 20 juin dernier, la tête de liste du Rassemblement national en Île-de-France Jordan Bardella a publié une photo de son passage au bureau de vote où figurait une assesseuse voilée. Il n'en fallait pas plus pour réveiller certains politiques français.

Le cliché a poussé des députés à déposer un amendement visant à interdire tout signe ostentatoire d’appartenance religieuse pour le personnel des bureaux de vote lors d’une élection. Si il a finalement été rejeté, il a provoqué de vifs débats dans l'hémicycle. 

"Dans un bureau de vote, il faut une neutralité, car un signe religieux peut être pris comme une pression", assurait ce jeudi sur RMC François Pupponi ancien maire de Sarcelles aujourd'hui député du Val-d'Oise.

>> A LIRE AUSSI - "Un signe religieux peut être pris comme une pression": le député à l'origine de l'amendement contre le port du voile dans les bureaux de vote s'explique

"Je n'ai pas les mêmes convictions mais ça ne me dérange pas"

"Je ne comprends pas la polémique, cette dame fait son travail de républicaine, ce n'est pas parce qu'elle est voilée qu'elle fait du terrorisme", s'est émue dans la foulée Elizabeth, une auditrice. 

"Je suis allé voter dimanche, il y avait une femme voilée qui faisait aussi ce travail et ça n'a rien changé, ça ne m'a pas dérangé alors que je vote Rassemblement national. Je discute avec des femmes voilées, je ne vois pas le problème", a-t-elle ajouté.

"Il ne faut pas toujours faire des amalgames, je suis fatiguée. Les femmes voilées si c'est leur truc, il faut les laisser. Je n'ai pas les mêmes convictions mais ça ne me dérange pas", conclu Elizabeth.

>> A LIRE AUSSI - "On s'engage mais on en a marre d'être renvoyés à notre religion" déplore une présidente de bureau de vote, mutée à cause de son voile

G.D.