RMC

Son fils est mort en Syrie, il porte plainte: "Je veux savoir si Raphaël a été influencé"

Raphaël est parti de Lunel (Hérault) pour se rendre en Syrie

Raphaël est parti de Lunel (Hérault) pour se rendre en Syrie - Capture écran Google Maps

Laurent Amar, dont le fils Raphaël parti de Lunel (Hérault) est mort victime des bombardements de l'armée syrienne, a récemment déposé une plainte pour "instigation à participer à une entente ou à un groupement terroriste". Il s'est expliqué ce vendredi sur RMC.

Laurent Amar, le père de Raphaël, mort à 23 ans en Syrie, vient de déposer auprès du parquet de Montpellier (Hérault) une plainte contre X pour "instigation à la participation à un groupe terroriste". Son fils, étudiant ingénieur, avait rejoint la Syrie le 27 juillet 2014 y est mort le 17 octobre dernier lors d'un bombardement. La famille de jeune homme veut donc comprendre comment leur fils a été repéré, abordé, endoctriné, comment il a pu ensuite se convertir, puis enfin se radicaliser avant de partir en Syrie.

"Aujourd'hui, on s'interroge : existe-t-il à Lunel, car tout s'est vraisemblablement passé à Lunel, des gens dont l'objectif est de créer des groupes de radicalité ? Et qu'est-ce-qui a fait effectivement que, par l'interaction des gens qui l'ont éduqué à cette religion, Raphaël quitte famille, pays et avenir sans en informer ses parents?", raconte Laurent Amar à RMC.

"En décalage avec la réalité"

La vie de Raphael semble avoir basculé en peu de temps disent ceux qui le connaissent bien. Il se serait converti en 2010, pour cela il aurait été influencé par des amis de Lunel. C'est en tout cas ce que pense son père. "Ce qui m'intéresse c'est de savoir si Raphaël était totalement libre de prendre ses décisions ou s'il a été incité à un certain nombre d'actes", explique-t-il dans Bourdin Direct. Car certaines choses laissent à penser que Raphaël aurait été quelque peu endoctriné.

"Pour en avoir discuté avec lui, l'idéal auquel il se référait était en décalage avec la réalité", assure-t-il. Etudiant à l'école d'ingénieur EPITECH de Montpellier, il se rend officiellement en Syrie dans un but humanitaire, pour aider les populations locales. En fait, il est là-bas pour combattre et son père certifie qu'il n'a rien vu venir: "Pendant les trois mois avant son décès, Raphaël était en communication quotidienne avec sa mère. Elle l'interrogeait car elle était très inquiète des actes qui aurait pu être commis dans la ville où il était et s'il en avait été témoin… A aucun moment il ne nous a dit avoir constaté des faits répressibles…Et c'est à cette occasion que Raphaël est décédé".

M.Ricard avec J-W Forquès et V.Voldoire