RMC

COP27: l'innovation à la rescousse pour lutter contre le dérèglement climatique

Les représentants des pays du monde entier vont tenter de s'unir pour lutter contre le dérèglement climatique lors de la COP27, qui se déroule depuis dimanche en Égypte. Les nouvelles technologies pourraient d'ailleurs bien jouer un rôle majeur.

L'innovation est-elle une solution pour réduire les émissions de Co2? En tout cas, plusieurs nouvelles technologies pourraient aider à lutter contre le dérèglement climatique.

Premièrement, il y a le potentiel énorme du stockage de ce Co2. Concrètement, il s'agit d'aspirer le trop-plein de Co2 contenu dans l’atmosphère, responsable du réchauffement climatique, le piéger et l’enfermer profondément sous terre pour qu’il ne puisse plus en ressortir. Des dizaines de projets sont menés à travers le monde, mais les deux plus ambitieux sont Orca en Islande et Bison, dans l’État du Wyoming aux États-Unis.

Des puits souterrains dans des masses rocheuses

Dans ces deux projets, des "aspirateurs à Co2" ont été mis au point: ces immenses machines vont aspirer de l’air et filtrer le Co2 grâce à des cartouches absorbantes qui contiennent certains produits chimiques. Vient ensuite la transformation sous forme liquide et l'envoi dans des puits souterrains au sein de masses rocheuses.

La plus grosse ferme en projet pourrait à elle seule capturer et stocker cinq millions de tonnes de Co2 par an à l’horizon 2030 soit un quart des émissions du secteur aérien en France.

Pour autant, certains craignent que cette technologie ne soit un chèque en blanc à polluer plus, partant du principe que "si on peut éliminer le Co2 de l’atmosphère, on ne va pas s’empêcher d’en émettre". De plus, cette technologie va prendre du temps à se mettre en place à une échelle industrielle. Cela reste donc une solution, mais pas forcément la meilleure.

Baisse de la consommation de carburant de 90%

Une autre innovation pourrait être une solution pour le transport de marchandise: un mélange entre un porte-conteneurs et un cargo à voile. Ces immenses bateaux permettent d'acheminer 90% des marchandises dans le monde et représentent 3 % des émissions de Co2 mondiale. Difficile de s'en passer alors plusieurs entreprises françaises comme Neoline tentent de trouver une solution.

Un bateau de 136 mètres de long, avec 280 conteneurs à l’intérieur ou 500 voitures par exemple et à sa surface, de gigantesques voiles pour aider à le propulser en se servant du vent.

Il y aura quand même un moteur et du carburant, mais il en consommera 90% de moins par rapport à un cargo classique. Il devrait être possible de voir naviguer ces cargos à voile dans l’Atlantique nord à partir de 2024, entre St Nazaire et Baltimore, aux États-Unis.

Enfin, chacun sait que les vaches sont responsables d'une grosse pollution: elles émettent du méthane, un gaz à effet de serre, à travers leurs rots. Si cela peut prêter à sourire, il y a un vrai sujet.

Ls vaches émettent autant que 15 millions de voitures

Une entreprise suisse, Mootral, a, par exemple, mis au point un complément alimentaire à base d’ail et d’extraits de citron qui a la propriété de réduire de 30% les émissions de méthane du bétail. Autre option, un peu plus radicale, d'une entreprise britannique: des masques pour vache capables de filtrer et de piéger le méthane dès qu’il sort de la bouche.

Sur les tests réalisés, ça permet de réduire jusqu’à 50% les émissions. Une réduction loin d'être anodine car rien qu’en France, les vaches émettent autant d’équivalent Co2 que 15 millions de voitures.

AB avec Anthony Morel