RMC

Voitures intelligentes: vers un objectif zéro mort sur les routes?

Alors que les voitures deviennent de plus en plus en plus intelligentes, certaines technologies devraient pouvoir largement faire baisser le nombre d’accidents sur les routes.

En attendant l’arrivée des voitures autonomes, qui va prendre quelques années, il faut imaginer la voiture de demain comme une sorte d’ange gardien bardée de capteurs qui vont être comme des yeux et un cerveau supplémentaire en plus de celui du conducteur, qui peut se déconcentrer, s’endormir.

Dans certains modèles, on a déjà des caméras intelligentes ou même des ceintures de sécurité capables de détecter des signes d’endormissement, fermeture des paupières ou ralentissement du rythme cardiaque. Certains travaillent même sur des technologies capables de détecter un début de malaise cardiaque. La voiture peut alors décider de ralentir, voire d’aller se garer toute seule, si vous n’êtes pas en état de conduire.

Demain, tout cela ira plus loin: Eyesight par exemple, a mis au point une caméra d’habitacle qui va détecter si le conducteur est en train de fumer, s’il a sa ceinture de sécurité ou encore son smartphone à la main. D’autres sont capables, en analysant la dilatation de vos pupilles, de comprendre que vous avez consommé des substances illicites.

>>> Lire aussi : A quoi va ressembler la voiture du futur?

Des voitures qui discutent entre-elles ou qui préviennent les secours

Outre ce qui se passe dans l'habitacle, la voiture de demain sera aussi capable d’analyser ce qui se passe dehors, de détecter et même d’anticiper les mouvements d’un piéton ou d’un cycliste, de comprendre qu’il a le nez sur son smartphone par exemple. Des voitures qui seront aussi capables de communiquer entre elles et avec ce qui les entoure, pour s’alerter d’un danger, elles "discuteront" un peu comme des humains, pour s’indiquer qu’il y a un accident par exemple, qu’un conducteur deux ou trois voitures devant moi a freiné brusquement ou qu’à ma droite une voiture s’apprête à griller un feu rouge. 

Ces voitures intelligentes pourront même prévenir les secours toutes seules en cas d’accident: elles seront même capables de faire un diagnostic de l’accident, d’estimer les dégâts qu’on subit les passagers et d’envoyer les informations aux secours. C’est une startup israélienne, Mdgo, qui a mis au point cette technologie et qui s’est alliée avec des constructeurs comme Volvo ou Hyundai.

Des capteurs électroniques vont analyser la vitesse à laquelle allait la voiture au moment de l’accident, la puissance de l’impact, est-ce que toutes les ceintures étaient attachées ou non, est-ce que les airbags se sont déclenchés, et en fonction de tout ça, elle va déduire le choc qu’a subi chaque passager au niveau de la tête, du cou, de la poitrine et même des organes internes. La voiture va établir un pré-diagnostic: type de blessure, niveau de gravité, qu’elle va envoyer en moins de dix secondes aux secours, qui peuvent intervenir le plus rapidement et le plus efficacement possible parce qu’ils ont déjà toutes les informations en arrivant sur le lieu de l’accident.

>>> Retrouvez les chroniques d'Anthony Morel en podcasts

Des matériaux souples pour réduire la gravité des accidents

La réduction des morts sur les routes passe aussi par de nouveaux matériaux capables de mieux résister aux chocs. Google a déposé un brevet pour une voiture dont la carrosserie serait capable de ramollir lorsqu’elle est sur le point de percuter un piéton. Une carrosserie souple, qui change de consistance en fonction de la nature et de la puissance du choc. En cas d’accident, pour limiter la force de l’impact, elle va se ramollir si elle heurte un piéton ou au contraire durcir pour protéger le passager en cas de choc contre un poteau par exemple. Après, ça reste un brevet, on ne sait pas si et quand la technologie sera industrialisée.

Google est habitué à développer ces idées un peu dingues. Ils ont déposé un autre brevet pour un capot qui, en cas de collision avec un piéton, serait équipé d’un super adhésif qui collerait le piéton sur le capot pour éviter de l’éjecter dans les airs: une sorte de papier tue-mouche pour êtres humains.

Anthony Morel (avec MM)