RMC

Violences après un accident impliquant des policiers: le motard blessé appelle "au calme" depuis son lit d'hôpital

Alors qu'il circulait sans casque sur une moto de cross, le jeune homme de 30 ans a eu la jambe gauche fracturée après avoir heurté la portière ouverte d'une voiture de police banalisée qui se trouvait à l'arrêt à un feu rouge.

"J'ai appris que vous aviez cassé des voitures. Je vous demande de rentrer chez vous, de vous calmer": après plusieurs nuits de tensions en banlieue parisiennes, mais également dans certains quartiers à travers la France, dans une vidéo transmise par son avocat, le motard gravement blessé à la jambe samedi à Villeneuve-la-Garenne, a lancé un appel au calme.

"J'ai appris que vous aviez cassé des voitures. Je vous demande de rentrer chez vous, de vous calmer", déclare depuis son lit d'hôpital cet homme de 30 ans. Reconnaissant ne pas être "un enfant de chœur", il confie qu'il "ne mérite pas ça": "J'espère que la justice sera bien faite" conclut-il, grimaçant sur son lit.

Alors qu'il circulait sans casque sur une moto de cross, il a eu la jambe gauche fracturée après avoir heurté la portière ouverte d'une voiture de police banalisée qui se trouvait à l'arrêt à un feu rouge. L'accident, en plein confinement, a rapidement enflammé les réseaux sociaux, alimentés par des vidéos de témoins dénonçant une "bavure" policière, et provoqué des échauffourées dans la ville le soir-même.

De nouveaux incidents ont ainsi éclaté dans plusieurs quartiers du 92 dans la nuit de mardi à mercredi et une école a été partiellement endommagée par un incendie à Gennevilliers. L'école primaire Paul-Langevin a été touchée par un départ de feu rapidement maîtrisé. "Le bureau de la directrice a été détruit et deux salles ont été endommagées", a indiqué la préfecture des Hauts-de-Seine. L'incendie, dont les circonstances restent encore floues, a eu lieu "en dehors de la zone des violences urbaines", a-t-elle précisé. Ailleurs dans le département, la police a été visée par des tirs de feux d'artifices lors d'incidents sporadiques qui ont éclaté à Nanterre et Villeneuve-la-Garenne. 

Mardi soir, la préfecture de police de Paris, a interdit l'achat et la détention de feux d'artifices et autres articles pyrotechniques, dans l'agglomération parisienne, jusqu'au 27 avril. 

Maxime Brandstaetter