RMC

Une voiture transformable pour se garer partout

Focus sur la voiture du futur, un véhicule transformable. Celui-ci est capable de rétrécir à la demande pour pouvoir se garer n'importe où et se faufiler dans la circulation, notamment durant les embouteillages. Ce sont des petites citadines. Comment elle fonctionne ?

C’est la voiture la plus facile à garer au monde. Même moi qui suis un incompétent notoire au volant, je suis persuadé que je ne raterais pas un créneau la City Transformer. Elle est présentée au salon automobile de Munich qui se tient en ce moment.

C’est une toute petite voiture électrique, qui ressemble un peu à une Smart. Elle a été mise au point par une entreprise israélienne. Mais elle est un peu particulière. Elle fait 1m40 de large, mais si vous avez besoin de vous faufiler entre deux véhicules, vous appuyez sur un bouton et là, le châssis de la voiture va rétrécir, s’amincir jusqu’à ce que le véhicule soit aussi fin qu’un scooter. En mode mini, on peut ranger quatre de ces véhicules sur une place de parking standard. Vous allez me dire, autant acheter un scooter. Sauf que vous avez quand même, en termes de confort et de sécurité, quelques-uns des avantages de la voiture, avec un toit, des airbags, un freinage ABS et même la clim. Ça sortira en 2023 et ça coûtera 16.000 euros.

>> A LIRE AUSSI - EN VIDEO - Oubliez la voiture et les péages: découvrez les moyens de transports du futur

En fait, les véhicules qu’on va croiser dans les centre-villes vont devenir de plus en plus hybrides. On ne saura plus vraiment si on est dans une voiture ou sur un deux-roues.

C’est un peu les fous du volant, avec une myriade de véhicules plus dingues les uns que les autres. Vous pensiez avoir tout vu avec les monoroues, les gyropodes, les trottinettes et les vélos électriques pliants. Mais les véhicules qu’on va voir arriver dans nos centre-villes seront plus mixtes, entre la voiture et le deux-roues. Ce qu’on appelle des microvoitures, très compactes. Évidemment pas faites pour partir à l’autre bout de l’Europe, mais parfaites pour nos centres-villes encombrés. Vous allez en voir de plus en plus. Elles sont capables de rétrécir, d’autres modèles sont dotés de roues qui pivotent à 90°. Autrement dit, elle est capable de se déplacer latéralement, un peu comme un crabe.

Plus grandes ou plus petites

Et puis j’ai un petit faible pour le Wander Stand, qui ressemble à une cabine téléphonique roulante. Vous êtes debout, ou en position semi-assise, mais là encore protégé par un habitacle, avec un joystick pour se déplacer et des informations qui s’affichent en réalité augmentée sur un gigantesque pare-brise, pour donner des informations sur les lieux touristiques ou les restaurants que vous croisez. Le point commun de tous ces modèles, c’est qu’on peut se glisser dans la circulation et se garer très facilement.

Des voitures qui pourront donc rétrécir pour se faufiler partout ou alors à l’inverse qui s’agrandissent pour partir en voyage.

On a vu plusieurs concepts. Le Skysphere d’Audi, le Morphoz de Renault… qui vont passer du mode citadin au mode voyage en appuyant sur un simple bouton. Le coffre s’étire pour donner plus de place aux passagers et loger les bagages, et l’avant va aussi s’allonger pour pouvoir accueillir une batterie électrique supplémentaire, ce qui permet d’augmenter l’autonomie et de ne pas tomber en rade au milieu du voyage. Dans d’autres modèles, c'est le volant qui va disparaître pour passer en mode conduite autonome.

Ou encore des voitures dont la carrosserie va s’allonger lorsqu’elle prend de la vitesse pour gagner en aérodynamisme et limiter la consommation d’énergie. Quant aux jantes des roues, elles s’aplatissent et se ferment, elles deviennent pleines, comme les roues des coureurs de contre-la-montre. Tout ça va faire gagner en aérodynamisme. L’intérêt, c’est évidemment les économies d’énergie, moins d’émissions de Co2 et une autonomie accrue en mode tout électrique.

Anthony Morel