RMC

Affaire Yuriy, phénomènes de bandes: faut-il poursuivre les parents des agresseurs?

-

- - RMC

Alors que l’enquête sur l’agression de Yuriy, un jeune de 15 ans très grièvement blessé dans le 15e arrondissement de Paris, avance, certains se demandent quelles seront les sanctions contre les jeunes responsables de ces violences. Le rôle de leurs parents est également pointé du doigt.

Par qui et pourquoi le jeune Yuriy a-t-il été passé à tabac sur la dalle de Beaugrenelle, dans le 15e arrondissement de Paris? Lors d’une bagarre qui a éclaté dans la soirée du 15 janvier dernier, l’adolescent de 15 ans a été frappé à coups de barre de fer. L’agression a été rendue publique par une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Mardi, les adolescents auteurs des coups n’avaient pas été identifiés. Placé dans un coma artificiel pendant huit jours, le jeune homme s’est réveillé mais reste hospitalisé.

"Le droit français permet de punir les parents qui délaissent leurs enfants"

Quelques jours après les faits, l’enquête s’orienterait vers un règlement de compte entre bandes rivales. Un tournevis aurait également été retrouvé dans la poche de l’adolescent blessé. Que faisaient ces jeunes dehors, alors que le couvre-feu avait déjà commencé?

Mardi, les Grandes Gueules se sont également interrogées sur la responsabilité de leurs parents. Car ces enfants sont mineurs, et donc sous la responsabilité de leurs parents. "Le droit français permet aujourd’hui de punir les parents qui délaissent leurs enfants ou qui les incitent à commettre des délits. Mais difficile d’imputer aux parents des faits de délinquance de leurs enfants", a d’abord posé Olivier Truchot.

"Il n’y a pas de mesure d’accompagnement à la parentalité quand les parents sont en difficulté"

"Nos enfants peuvent nous échapper car a l’extérieur, on ne maitrise pas tout. Il faut être tout le temps, proche d’eux, communiquer avec eux. Il faut s’en occuper tout le temps. Mais il y a un vrai problème en France sur le rôle et la responsabilité des parents dans la chaîne éducative. On exclut les parents de toutes les mesures. Il n’y a pas de mesure d’accompagnement à la parentalité quand les parents sont en difficulté", a ensuite estimé Zohra Bitan, cadre de la fonction publique, qui plaide pour une prévention "en amont".

Elle déplore également le manque d’assistantes sociales. "Il faut réhabiliter la démarche pédopsychiatrique auprès de ces gens-là. Il faut leur dire 'Ce n’est pas parce que vous allez demander de l’aide que vous êtes des parents indignes. Il faut vous faire aider'. Il faut que l’Etat réinvestisse dans ces champs-là. Il ne s’agit pas de les assister mais de les aider", poursuit-elle.

"Si les enfants sont dehors après le couvre-feu, c’est la responsabilité des parents"

"Au niveau des parents, il faut [leur] coller des amendes, mais aussi les accompagner", a de son côté estimé le médecin généraliste Jérôme Marty. "Notre société n’est plus capable de sortir les gamins de la délinquance", a-t-il ensuite déploré. "On ne peut pas tout reprocher à l’Etat. Les parents ont la responsabilité de l’éducation de leurs enfants. Si les enfants sont dehors après le couvre-feu, c’est la responsabilité des parents", a conclu Olivier Truchot.

Dans l’affaire Yuriy, les enquêteurs se demandent si cette agression sera suivie d’une réplique. Car une rivalité entre deux bandes de jeunes de Paris et Vanves est au cœur de l'enquête. À ce stade, on ignore toutefois si Yuriy était membre de ces bandes ou s'il est une victime collatérale.

LL