RMC

Anne Hidalgo veut doubler le salaire des profs: "Ce n’est pas une proposition sérieuse", juge l'économiste Thomas Porcher

Anne Hidalgo

Anne Hidalgo - LOIC VENANCE / AFP

La proposition d'Anne Hidalgo de doubler le  salaire des profs, ne passe pas, ni auprès des principaux intéressés, ni chez les économistes et les politiques, qui s'accordent pour dire que ces salaires sont trop bas.

Aussitôt candidate, aussitôt en campagne. La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé ce dimanche sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. Et sa candidature est accompagnée de doux rêves. Dans son livre "Une femme française" à paraître mercredi, la socialiste évoque son souhait de "multiplier par deux au moins le traitement de toutes les personnes au contact avec les élèves" en cinq ans "ou, pour commencer, aligner à minima le salaire des nouveaux professeurs sur le salaire médian des titulaires d'un bac +5".

Une proposition qui a déjà fait réagir les principaux intéressés, pas convaincus du tout: "On ne peut pas avoir quelques vagues engagements et uniquement quelques slogans qui claquent dans une campagne. On a aussi été un peu échaudés par le passé par des promesses sans lendemain de ministres ou de candidats. C’est plus que quelques engagements, il faut des chiffres précis. On ne peut pas se contenter de vagues promesses", estime Sophie Vénétitay secrétaire général du SNES-FSU, un syndicat d’enseignants.

"On est au sommet de la démagogie (...) Cette mesure aurait un coût cumulé de 150 milliards cumulés à la fin du quinquennat. L'élection présidentielle ne peut pas être une Foire du Trône de la démagogie", a taclé de son côté le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer.

"Cela va être un caillou dans sa chaussure pendant toute la campagne"

"Ca ne tient pas debout, il ne faut pas prendre des gens pour des imbéciles !", a également jugé sur le plateau des "Grandes Gueules" Jean-Luc Mélenchon?

"On est dans le bas de l’échelle en terme de salaire des profs parmi les pays de l’OCDE. Il y a une revalorisation des salaires qui doit être faite", estime de son côté l’économiste Thomas Porcher. "Mais alors le doublement, j’ai bien peur que ce ne soit qu’une promesse avant de passer dans les mains des cadres du PS, attachés à réduire les déficits".

"Ce n’est pas une proposition sérieuse. On peut rattraper les salaires, les augmenter mais les doubler… Je pense que ça va être un caillou dans sa chaussure pendant toute la campagne, comme le revenu universel de Benoît Hamon en 2017. Il arrive il dit que c'est génial puis il fait machine arrière". Et d'ailleurs, face à la levée de bouclier, l’actuelle maire de Paris tente déjà de rétropédaler, évoquant dans un premier temps les seules nouvelles entrées dans la profession, tout en rappelant que les salaires des enseignants étaient bien trop bas.

>> A LIRE AUSSI - Présidentielle: François Hollande "conseille" Anne Hidalgo... qui omet de le citer

Guillaume Dussourt