RMC

"Des potiches qui ne représentent pas les Françaises": faut-il mettre fin au concours Miss France?

L'association "Osez le féminisme" attaque le concours Miss France devant les prud'hommes et appelle l'organisation du concours à mettre fin aux critères de sélection jugés "sexistes".

Rebelote. Comme chaque année depuis quelques éditions, le concours Miss France fait parler de lui. Après le costume régional de Miss Lorraine et le débat sur la participation de transsexuelles, ce sont cette fois les conditions de travail des "Miss" qui sont pointées du doigt.

L'association "Osez le féminisme" et trois femmes qui affirment avoir dû renoncer à se présenter au concours Miss France car elles ne satisfaisaient pas aux critères exigés par les organisateurs, ont décidé d'attaquer en justice devant les prud’hommes le célèbre concours, diffusé chaque année en décembre par TF1. Endemol, la boîte de production "utilise des femmes pour fabriquer un programme audiovisuel extrêmement lucratif tout en bafouant le droit du travail", estiment les requérantes.

Elles jugent également les critères de sélection "sexistes" et "discriminatoires" et demandent la suppression des clauses discriminatoires comme l'interdiction de porter des piercings ou d'être célibataire et sans enfant. 

La liste des griefs contre le concours s’allonge d’années en années avec à chaque fois cette réflexion : le concours Miss France est-il sexiste ? Non pour Joëlle Dago-Serry, fan de l’élection: « C’est un programme sur lequel on peut critiquer tranquillement entre copines avec du pop-corn », plaisante-t-elle. "Non pour moi, cela ne donne pas une mauvaise image de la marque. Mais il faut l’ouvrir à d’autres critères", plaide-t-elle, voulant sortir des standards du mannequinat auxquels sont soumises les candidates.

>> A LIRE AUSSI - "Miss France" attaqué aux prud'hommes: l'échange tendu entre avocate de l’association "Osez le féminisme" et Apolline de Malherbe sur RMC

"Il faut élargir le recrutement"

"Est-ce qu'il est normal qu'on puisse encore définir des critères de beauté au 21 siècle ?", s’interroge de son côté le docteur Jérôme Marty: "Il faut élargir le recrutement", plaide-t-il également. "Pourquoi on limite à un certain nombre de kilos et une taille ? On devrait ouvrir le concours", ajoute le praticien.

Mais pour Charlotte, graphiste dans l’Indre-et-Loire, le concours Miss France véhicule des clichés d’un autre temps, ne représente pas les Françaises et n’a tout simplement aucun intérêt :

"C’est un concours qui est issu d’une autre époque. Mettre en avant des standards de beauté, c’est enfermer la femme dans ce rôle-là. En moyenne, les femmes en France font entre 40 et 44 de taille de pantalon. Les participantes à Miss France ne représentent pas les Françaises. Ce sont des potiches et je ne sais pas à quoi elles servent. Mais je ne dis pas qu’il faut interdire, je dis juste qu’elles ne représentent pas la France. Et aujourd’hui, à quoi ça sert un concours de beauté ?", interroge-t-elle.

En pleine préparation de la grande finale du 11 décembre, la société Miss France refuse de réagir à la plainte déposée. Dimanche, Alexia Laroche-Joubert avait assuré dans les colonnes du Parisien que le programme ne ressemblerait pas à un défilé de mannequins, ajoutant que les Miss allaient être plus proches des Français. Mais sans avoir modifié les critères de sélection au préalable.

>> A LIRE AUSSI - Une amende forfaitaire pour les squatteurs de halls d'immeuble expérimentée dans six villes

RMC