RMC

Emmanuel Macron est une créature de François Hollande

Invitée des Grandes Gueules ce mercredi, Florence Portelli, maire (LR) de Taverny, conseillère régionale d'Ile-de-France et porte-parole de François Fillon, a vertement critiqué Emmanuel Macron.

Ce mercredi, l'un des sujets du conseil des GG était la primaire à gauche et de savoir si c'était déjà joué d'avance pour la droite en 2017. "Rien n'est jamais joué, a tenu à indiquer Florence Portelli, la porte-parole de François Fillon. Ce serait terriblement présomptueux et cela voudrait dire que le suffrage universel ne signifie rien. Tout peut arriver. On l'a déjà vu par le passé. Néanmoins, il y a des règles d'arithmétique: plus vous êtes divisés, plus c'est compliqué d'être au second tour surtout dans un système de moins en moins bipolaire, avec la composante FN".

Invitée ensuite à donner son avis sur la primaire à gauche, elle estime que "celle-ci a été bidouillée pour François Hollande. Le calendrier a été fait pour le président de la République. Au final, d'ailleurs, il n'y va pas ce qui les met dans une position encore plus inextricable. Ce qui n'est pas la faute d'Arnaud Montebourg et des autres. Ça se sont les petites magouilles de Cambadélis, le spécialiste de l'arrangement. Je comprends donc que certains candidats n'aient pas envie de participer à cette mascarade".

"Emmanuel Macron a abusé du système"

Si Florence Portelli critique la gauche, la conseillère régionale d'Ile-de-France va encore taper plus vivement sur Emmanuel Macron: "C'est quelqu'un qui a abusé du système. C'est une créature de François Hollande et qui maintenant fait semblant de s'émanciper sur des concepts publicitaires. Je trouve que c'est un phénomène qui correspond à la médiocrité du débat politique du moment. C'est quelqu'un qui fait de la communication, qui utilise des concepts. Quand il était au gouvernement il prenait des 'gros mots' de droite pour cliver".

"Maintenant, on ne sait plus trop: un coup il est de gauche, l'autre il est de droite. Il est surtout tributaire de son bilan, considère-t-elle encore. On va donc attendre qu'Emmanuel Macron nous explique ce qu'il a fait quand il était ministre avec des résultats économiques pas extraordinaires comparés au reste des Etats européens".

M.R avec Les Grandes Gueules