RMC

Emmanuel Macron giflé: que signifie l'expression "Montjoie Saint-Denis" prononcée par l'agresseur?

Emmanuel Macron giflé: que signifie l'expression "Montjoie Saint-Denis" prononcée par l'agresseur?

Emmanuel Macron giflé: que signifie l'expression "Montjoie Saint-Denis" prononcée par l'agresseur? - RMC

Deux hommes dont l'auteur de la gifle ont été interpellés par les autorités .

Un homme a giflé le président de la République Emmanuel Macron mardi lors du déplacement du président de la République à Tain-L'Hermitage, dans la Drôme. Une vidéo de la scène a été publiée sur Twitter.

On peut voir Emmanuel Macron avancer vers un homme qui est situé derrière une barrière. Le président lui pose la main sur le bras comme pour le saluer, mais à ce moment-là, l’homme dit très rapidement “Montjoie Saint-Denis, à bas la Macronie”, et lui assène une gifle.

Un cri royaliste

L’expression “Montjoie Saint-Denis” était le cri de guerre des Capétiens selon l’encyclopédie Universalis. Il s'agit ainsi du cri de bataille et la devise du royaume de France. Il ferait principalement référence à la bannière légendaire de Charlemagne, l'Oriflamme, également connue sous le nom de "Montjoie".

Cet étendard, utilisé en tant de guerre, n'était présenté à la foule de l'abbaye de Saint-Denis lorsque de "grands dangers" menaçaient le royaume de France. 

Dans le détail, une "montjoie", c’est une bannière de guerre, et Saint-Denis, c’est le saint patron et protecteur des rois de France. Déjà en 2018 ces mots avaient fait irruption dans l’actualité, quand le député insoumis Eric Coquerel avait été entarté par des membres de l’Action Française, groupuscule d’extrême droite fondée par Charles Maurras. Le principal prévenu avait reconnu avoir crié Montjoie Saint Denis au moment de son acte.

Mais au-delà de la référence historique et politique, il y en a une autre, cinématographique: cette expression est utilisée par Jean Réno dans Les Visiteurs. D’ailleurs, selon ses proches, interrogés mardi, c’est le film préféré de Damien T, passionné d’histoire médiévale, et c’est à cela qu’il aurait fait référence avant de gifler Emmanuel Macron

>> A LIRE AUSSI - Emmanuel Macron giflé: que risque l'homme qui a visé le Président?

Un cri de ralliement que certains juge plutôt proche de l'extrême droite. 

C’est en tout cas ce qu’ont affirmé deux députés. D’abord un membre de la majorité, Roland Lescure, président des affaires économiques ainsi que le député d’opposition (LFI) Eric Coquerel. 

Cette référence monarchique est aussi à mettre au crédit de l'Action française, un groupuscule d'extrême droite royaliste fondé par Charles Maurras, ouvertement antisémite et xénophobe. Trois de ces membres avaient ainsi été condamnés pour après avoir entarté, en 2018, le député LFI Eric Coquerel.

La rédaction avec AFP