RMC

"Faire pipi sur un policier": une chanson pour enfants d'Aldebert fait polémique

Une chanson pour enfants de l'artiste Aldebert devait être chantée dans un spectacle de fin d'année d'une école de Meurthe-et-Moselle. Mais tout s'est emballé quand un parent d'élève a écrit au ministère de l'Education et un syndicat de police a déposé une plainte.

Un buzz pour rien ou des paroles vraiment inappropriées ? La chanson d'Aldebert "Pour louper l'école" évoquant les choses qu'un enfant ferait pour rater l'école fait polémique. Cette comptine pour enfants, sortie en 2018, devait être chantée par une école lors d'un spectacle de fin d'année en Meurthe-et-Moselle, mais un père de famille a écrit au ministère pour s'en plaindre et un syndicat policier minoritaire a déposé une plainte pour "incitation au terrorisme, provocation d'un mineur à commettre un crime ou un délit et diffamation". 

Le syndicat France Police a ainsi argumenté par la voix de son secrétaire général, Michel Thooris: "Le texte nous a choqué parce qu’il est enseigné à des enfants de 7 ans qui sont des éponges en imprégnant tout ce qu’on leur dit. On les incite à mal se comporter".

La chanson de l'artiste Aldebert évoque également le fait de "faire sauter sa classe à la dynamite" et "prendre en otage ma petite soeur". L'école Jacques-Prévert de Ludres a, finalement, décidé de ne plus faire chanter la chanson dans un souci d'apaisement, malgré le soutien de nombreux autres parents.

"On est dans un environnement pédagogique, je trouve que ce texte n'a pas sa place là-dedans"

Les Grandes Gueules sont revenues sur cette "affaire" ce lundi, et l'avocate Marie-Anne Soubré et l'agriculteur Didier Giraud estiment tous deux que ce syndicat policier veut juste faire parler de lui au travers de cette histoire. "Un syndicat totalement inconnu veut faire du buzz et ça marche bien avec certains. Ils se servent de ça pour exister."

Le directeur marketing David Dickens n'est absolument pas d'accord et trouve que ces paroles ne sont pas appropriées.

"C'est même plus grave que lorsque des rappeurs comme Booba et Kaaris s'adressent à des jeunes adultes qui savent prendre leurs responsabilités. Là on est dans un environnement pédagogique, je trouve que ce texte n'a pas sa place là-dedans."

Une remarque à laquelle OIivier Truchot rétorque: "Dans ce cas-là, il faut supprimer Pierre Perret et Georges Brassens des écoles!". Une réplique qui a suscité une véritable polémique au sein de nos Grandes Gueules.

James Abbott