RMC

François-Xavier Bellamy: "Je n’ai jamais dit que la PMA était une malédiction"

-

- - -

Dans une interview pour le JDD, parue ce dimanche, François-Xavier Bellamy a évoqué la PMA. Le député européen LR parle de "malédiction" mais regrette ce lundi dans les Grandes Gueules la mauvaise compréhension du terme.

"Je crois que ce choix sera notre malédiction". Dans une interview au JDD dimanche dernier, François-Xavier Bellamy a déchaîné les passions au sujet de la PMA. Il est venu ce lundi s’en expliquer dans les Grandes Gueules et se dit "triste que le titre de cette interview soit une citation qui ne soit pas de moi".

"Je n’ai jamais dit que la PMA était une malédiction. Ce que je dis, c’est qu’étendre la PMA à toutes les femmes, c’est changer le statut de la médecine" a-t-il rectifié sur RMC.

Il détaille: "On dit que la médecine n’est plus là pour réparer nos corps quand ils sont malades ou pour pallier une maladie mais pour satisfaire nos désirs. Et ces désirs sont légitimes et respectables. Mais si nous choisissons de faire ainsi, nous allons évidemment transformer complètement notre rapport à la technique et demain nous allons vers "l’homme augmenté" vers le Transhumanisme"

"Plus de malheur dans notre société"

Le député européen LR et philosophe va même plus loin.

"Parler de 'malédiction' n’implique pas forcément une dimension religieuse. Je suis en train de dire qu’avec les meilleures intentions du monde, nous sommes en train d’ouvrir une boîte de Pandore et de nous lancer dans une logique complètement nouvelle qui, à terme, provoquera plus de malheur dans la société".

Pour lui, "on transforme la condition humaine quand on écrit dans un livret de famille qu’un enfant à deux mères ou quand on dit qu’un enfant n’a pas le droit d’avoir un père. Je ne nie pas la frustration de ne pas pouvoir avoir d’enfants mais la question est: est-ce que nous voulons nous aimer tel que nous sommes ou est-ce que nous voulons tout transformer par la technique ?" a conclu le philosophe qui a réalisé avec 8,48% des voix le plus mauvais score de la droite pour une élection. 

Maxime Trouleau