RMC

"Il n'y a rien qui justifie son maintien": la candidate du parti animaliste Hélène Thouy plaide pour l'interdiction de la chasse

Tandis que les écologistes plaident pour une interdiction de la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires, le parti animaliste milite pour une interdiction pure et dure de la pratique, même pour des actes de régulation.

La mort d’une randonneuse de 25 ans, touchée par une balle tirée par une chasseuse de 17 ans alors qu’elle se trouvait sur un sentier de randonnée balisé dans le Cantal, ramène la chasse sur le devant de la sphère médiatique. Et le débat s’invite dans la campagne présidentielle.

A gauche et notamment chez les écologistes, on plaide pour une interdiction de la pratique les week-ends et pendant les vacances scolaires. Et au parti animaliste, on plaide pour une interdiction pure et dure de la chasse. Même concernant les questions de régulation des populations animales dans les forêts de France.

"Il n’y a aucune justification au maintien de la pratique de la chasse. A chaque fois que vous parlez avec un chasseur il est très mal à l’aise avec l’idée de régulation", assure ce mardi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story, Hélène Thouy, la candidate du Parti animaliste.

>> A LIRE AUSSI - Randonneuse tuée: faut-il interdire la chasse aux mineurs?

"Rien à foutre de réguler"

Car c’est la régulation qui a été avancée par Willy Schraen, le président de la fédération nationale des chasseurs, pour expliquer la chasse à l’origine de la mort de la randonneuse dans le Cantal. "La société de chasse concernée avait terminé sa saison de chasse mais il y a eu une pression. Il y a un problème, c’est qu’on a une pression de plus en plus violente et forte sur le fait de tuer des animaux dans des proportions importantes", a-t-il assuré lundi sur RMC.

Un argument irrecevable pour Hélène Thouy, qui en a profité pour évoquer l'élevage d'animaux uniquement pour la chasse: "Les chasseurs oublient les 20 millions d’animaux qui sont élevés et qu’on nourrit pour servir de cibles vivantes", a-t-elle lancé.

En novembre dernier d'ailleurs, Willy Schraen assurait sur le même plateau n'en avoir "rien à foutre de réguler". "Pour nous, c'est une passion. On prend du plaisir dans l’acte de chasse. Mon métier, ce n'est pas d'être chasseur. Je n’en ai rien à foutre de réguler", avait-il lancé.

Il existerait en France plus de 1.000 enclos où sont retenus des animaux comme des daims, dont le seul but est de servir de gibier aux chasseurs. Leur chasse serait ouverte à tous les chasseurs contre quelques centaines d'euros.

>> A LIRE AUSSI - "On a du plaisir dans l'acte de chasse": la phrase polémique de Willy Schraen sur la "régulation" sur RMC

Guillaume Dussourt