RMC

"On a du plaisir dans l'acte de chasse": la phrase polémique de Willy Schraen sur la "régulation" sur RMC

Le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen a répondu ce mardi dans "Les Grandes Gueules" à la polémique sur la chasse en enclos.

C'est une petite phrase qui fait particulièrement parler. Invité des "Grandes Gueules" de RMC, Willy Schraen, le président des chasseurs français, s'est expliqué sur une pratique peu connue du grand public et pourtant très répandue sur le territoire: contre plusieurs centaines d'euros, il est possible pour des chasseurs de tuer de nombreux animaux dans un enclos.

>> A LIRE AUSSI - Chasse en enclos: "Si on veut enlever toutes les clôtures, qu'on libère aussi le canari du gamin!"

Une vidéo relayée sur le réseau social Twitter montrant des daims derrière un grillage, a choqué de nombreux internautes, qui se sont rendus compte qu'en France aussi on pouvait chasser des animaux qui n'ont pas moyen de s'échapper (voir vidéo ci-dessous).

"Il y a beaucoup d'enclos comme ça en France. Pour l'entraînement, pour la chasse classique, aussi pour la chasse dite professionnelle, avec des structures, des entreprises... Je pense qu'on est dans ce cas. C'est une grande cage."

"J’en ai rien à foutre de réguler..."

Après avoir lancé aux autres "GG" d'"arrêter de se mentir" et d'"arrêter de jouer les vierges effarouchées parce qu'on a découvert que des mecs ont des daims dans un enclos", Willy Schraen a précisé: "C'est le principe de la cage. Si vous avez quelques poulets à la maison, que vous en tuez un c'est pareil, c'est juste une unité de grandeur." 

Visiblement agacé par les critiques, un échange tendu s'est engagé: 

"Tu penses qu’on est là pour réguler? Mais t’as pas compris que, pour nous, c'est une passion? T'as pas compris qu’on prend du plaisir dans l’acte de chasse? Tu crois qu'on va devenir les petites mains de la régulation? Mon métier, ce n'est pas d'être chasseur. J’en ai rien à foutre de réguler..." a-t-il sèchement lancé.

L'échange entre les "GG" a été relayé sur Twitter, provoquant de nombreuses réactions sur le réseau social.

La rédaction de RMC