RMC

L'ENA pourrait disparaître et laisser sa place... à "l'ISF"

La nouvelle appellation envisagée par le président pour l’ENA, porte à confusion puisque l’acronyme fait écho à une revendication des "gilets jaunes": le retour de l’ISF. Alors, simple maladresse ou véritable provocation? Un "manque de sérieux" pour nos Grandes Gueules.

De l’ENA à l’ISF il n’y a qu’un pas. Dans le discours avorté d’Emmanuel Macron, le soir de l’incendie de Notre-Dame, figurait la suppression de l’Ecole Nationale d’Administration. Mais selon les informations du Parisien, l’une des pistes envisagées pour transformer l’ENA, serait de la renommer: Institut Supérieur des Fonctionnaires.

Comprenez donc, ISF, comme l'Impôt sur la fortune, un sujet hautement inflammable pour le mouvement des "gilets jaunes".

"Si c’est voulu, pour jouer sur les symboles et que les journaux titrent: ‘Le retour de l’ISF’ alors qu’il s’agit d’un sigle, je n’ai plus envie de rire sur ces symboles là. Soyons sérieux", se désole Fatima Aït-Bounoua.

"Emmanuel Macron se met le doigt dans l’œil"

Pour Anasse Kazib, ce changement de nom n’est pas la solution. C’est une réforme en profondeur que les Français attendent. Notre cheminot "grande gueule" en a profité pour passer un appel à Emmanuel Macron.

"Si il pense une seule seconde Emmanuel Macron, si il m’entend, s’il pense qu’il n’y aura plus aucun mouvement, plus aucune crise sociale parce que derrière il va changer le nom d’une école, il se met le doigt dans l’œil. Tout le monde s’en fou de ça".
Caroline Petit