RMC

"Ma prochaine voiture sera encore un diesel": Didier Giraud dénonce l'attitude de WWF qui charge les SUV

Selon l'ONG, ces véhicules qui sont très répandus depuis plusieurs années, ont un fort impact polluant sur l'environnement.

La croissance rapide des SUV dans le parc automobile est "incompatible" avec le respect des engagements français de réduction des émissions de gaz à effet de serre et le gouvernement doit prendre des mesures, notamment fiscales, pour réorienter le marché, estime mardi le WWF. 

Les ventes de ce type de voitures neuves est passées de 5% en 2008 à 38% en 2019. Ces véhicules plus lourds et gourmands sont devenus "la deuxième source de hausse des émissions de GES énergétiques en France de 2008 à 2018, juste derrière le secteur aérien", pointe l'ONG environnementale dans un rapport dénonçant "l'impact écrasant des SUV sur le climat". 

La voiture individuelle représente 16% des émissions françaises. Or, les SUV émettent "en moyenne 20% de GES de plus que le reste des voitures" et "les 4,3 millions vendus en France en une décennie ont une empreinte carbone équivalente à 25 millions de citadines électriques", selon l'ONG.

“On a voulu faire cette étude pour objectiver parce que c’est un sujet compliqué. On sait que les Français sont attachés à leur mobilité. Donc notre but ce n’est pas de rejeter la faute sur les Français, mais sur les décisions qui ont mené à cela parce que les voitures sont produites par des constructeurs et les mesures de bonus/malus ont été instaurées par les gouvernements. Donc on a voulu faire le bilan pour montrer que sur ces dix dernières années, il y a un impact très important des SUV en termes climatiques”, explique Pierre Cannet de WWF, invité dans les “Grandes Gueules”. 

L'électrique, toujours trop cher

Pour l’agriculteur, Didier Giraud, l’ONG ne s’attaque pas au bon responsable. Pour lui, ce sont les constructeurs automobiles et les grandes nations polluantes comme la Chine ou encore l’Inde. Surtout il ne compte pas passer dans les prochains mois à un véhicule plus propre tout simplement parce que ça coûte plus cher. 

“On ne peut pas brancher partout où on veut. Dès que tu as plus de 100 km à faire, tu ne peux plus le faire en tout électrique et c’est très cher. Et je suis désolé, mais au kilomètre parcouru, le diesel reste moins cher”, indique-t-il. 

Une limitation des SUV liée à une électrification permettrait d'atteindre ces objectifs, selon le WWF. Ajoutée à une "politique de sobriété", cette modification du parc permettrait de "diviser par deux les émissions d'ici 2030".

Guillaume Descours