RMC

Macron dénonce ceux qui "se plaignent": la petite phrase du Président fait débat dans les GG

Les Grandes Gueules sont revenues sur les propos d’Emmanuel Macron à Colombey-les-Deux-Eglises. Une petite phrase qui a divisé nos GG, notamment Etienne Liebig et Mourad Boudjellal.

En déplacement à Colombey-les-Deux-Eglises, sur les terres du général de Gaulle, pour les célébrations du 60e anniversaire de la Ve République, Emmanuel Macron a été interpellé par des retraités.

Et c’est pendant ce bain de foule que le président a une nouvelle fois provoqué la polémique en affirmant que la France se porterait "autrement" si les Français se plaignaient moins.

"Battons-nous politiquement contre Macron, plutôt que sur ces petites conneries"

Cette petite phrase a vivement fait réagir nos GG ce vendredi 5 octobre. Pour Etienne Liebig, "les gens qui attaquent Macron là-dessus, c’est qu’ils n’ont aucun argument pour l’attaquer sur autre chose".

"Je suis anti politique macroniste mais jamais je n’attaquerais le président sur ces petites conneries. Ni sur Benalla d’ailleurs, ni sur la photo avec les deux garçons à Saint-Martin, ni sur les petites phrases. C’est de la foutaise! Il a le droit de s’exprimer comme il a envie, qui a le droit de dire ce qu’il pense et de dire que les Français sont des gens qui se plaignent toujours. Tout le monde le dit, c’est reconnu partout, c’est pas extraordinaire de le dire. Il parle cash, c’est sa manière de faire. Mais ne le juger qu’à travers ces petites affaires et les transformer en affaires politiques je trouve ça ridicule! Battons-nous politiquement contre Macron, il y a suffisamment à faire autrement que sur ces petites conneries".

"La petite phrase c’est pour se responsabiliser"

Pour Mourad Boudjellal au contraire, cette sortie du président vise à faire prendre conscience aux Français qu’il faut qu’ils se prennent en charge, pour "faire bouger les choses".

"Je pense qu’on a un jeune président dans un vieux pays et qu’il y a un décalage. Quand tu dis: ‘Je n’attaquerais pas le président sur ces petites phrases’, je ne suis pas d’accord. Moi je pense qu’elles sont importantes parce qu’elles portent un message important. Il fait le constat que les 6 millions de chômeurs ou plus, c’est pas toujours la faute de l’Etat. Il y a peut-être des gens qui ne cherchent pas bien du boulot, peut-être certains n’ont pas envie d’en trouver ou ne sont pas bon. La petite phrase c’est pour se responsabiliser. Il suffit de voyager un peu pour voir que la France n’est pas le pays où on vit le plus mal dans le monde".

"Si toi demain Etienne tu dis que tu veux faire stripteaseur, tu auras du mal à trouver du boulot"

Un échange musclé qui s’est comme d’habitude terminé par un trait d’humour. Et c’est avec un exemple très imagé que Mourad Boudjellal a terminé sa démonstration.

"Il faut un président qui réveille un peu le pays parce qu’on est un vrai pays conservateur avec des idées parfois d’un autre siècle. Regardez Etienne, c’est un exemple vivant. Les gens qui cherchent du boulot c’est comme si toi demain Etienne tu dis que tu veux faire stripteaseur, tu auras du mal à trouver du boulot! Si toute ta vie tu décides de faire stripteaseur, toute ta vie tu seras au chômage. C’est la réalité donc à un moment il faut faire autre chose".
Les Grandes Gueules (avec C.P.)