RMC

Manifestation de soutien à François Fillon: "la rue n’appartient pas qu’à la gauche"

En difficulté dans sa campagne, François Fillon fait appel à la rue. Dimanche, un rassemblement place du Trocadéro à Paris aura lieu pour soutenir le candidat. Une initiative qui n’aura aucune signification pour la Grande Gueule Gilles-William Goldnadel.

Les Fillonistes sont attendus place du Trocadéro ce dimanche après la conférence de presse de leur candidat mercredi. Lâchée par la plupart de ses soutiens, l’équipe de campagne de François Fillon a organisé "un grand rassemblement populaire" dimanche. Objectif: dénoncer "le coup d’Etat des juges". Une manifestation qui ne changera en rien à la baisse de popularité de l’ancien Premier ministre, selon la Grande Gueule Gilles-William Goldnadel. 

"La manifestation peut être légitime. La rue n’appartient pas qu’à la gauche. Si c’est pour manifester contre un système juridico-médiatique, c’est légitime. Si c’est pour soutenir François Fillon, à l’heure qu’il est… Soit ils sont douze dans la rue et ça veut dire quelque chose, soit ils sont 312.000 et ça ne veut rien dire..."

Pour l’avocat des Grandes Gueules, mêmes si les soutiens de François Fillon sont encore nombreux, le mal est trop profond pour espérer un changement. "Bien entendu qu’il y a encore des gens qui croient en François Fillon, qui pensent qu'il est plus légitime qu’Alain Juppé. Mais pour convaincre, il faut être encore plus convaincant que cela. Le peuple aime bien l’odeur du sang et Fillon est un animal blessé. Quand vous êtes un animal blessé, vous êtes mal parti. Ça fait un mois que je sentais que c’était mal parti et j’ai pris les patins de Georges Fenech (élu LR en tête de la fronde contre François Fillon), il n’empêche que je suis très triste".

Les Grandes Gueules avec A. B.