RMC

Nouvelle prison en Seine-et-Marne: pourquoi le maire et les habitants de Crisenoy s'opposent au projet

Invité au micro de RMC, Hervé Jeannin a assuré que le site où doit se construire la prison n'est pas suffisamment éloigné des premières habitations.

La colère gronde à Crisenoy en Seine-et-Marne où une nouvelle prison doit être construite. Depuis plusieurs semaines, les habitants ainsi que le maire de cette petite commune se battent contre ce projet qui fait partie du plan "Plan 15.000 places” que veut Emmanuel Macron depuis 2018.

Ils ont lancé une pétition en ligne contre le projet expliquant notamment qu’ils craignent pour leur tranquillité. 

>> A LIRE AUSSI - Réinsertion, "SAS"... À quoi va ressembler le nouveau plan prison de Jean Castex?

Dans les "Grandes Gueules", le maire de la commune, Hervé Jeannin, a notamment expliqué que le site prévu pour la construction de la prison est trop proche des premières habitations. 

“On a les premières habitations à 500 mètres du village sachant qu’on a rencontré deux directeurs départementaux de la pénitentiaire qui nous ont dit eux-mêmes alors qu’ils ont en gestion une vingtaine de prisons, qu’il faut au moins 1,5 kilomètre pour ne pas avoir d’énormes problèmes, d’énormes nuisances”, explique-t-il.

"Ça va détruire 20 hectares de terres agricoles"

Il assure également, que la décision de construire cette nouvelle prison à cet endroit a été prise sur le tard sans concertation.

“La préfecture a négocié pendant deux ans et demi avec les six grandes communes qui étaient ciblées depuis très longtemps avec des tissus urbains semi-denses qui correspondent parfaitement pour un site de cette nature, et puis finalement le préfet a écrit dans la presse qu’il y avait des terrains disponibles mais que ça avait provoqué un psychodrame du maire de Melun et donc qu’il était passé à autre chose. Et donc dans la précipitation, il a ciblé un tout petit village de 700 habitants. Sauf que nous on va perdre complètement le caractère rural de ce village. On a parfaitement conscience qu’il faut des prisons avec plus de places. Sauf que ne pas choisir les friches et de mettre ça en plein milieu des champs c’est un non-sens absolu. Ça va détruire 20 hectares de terres agricoles tout simplement”, appuie-t-il. 

Il promet que la mairie va tout faire pour que la construction de cette prison prenne le plus de temps possible. “On va mettre des recours autant que possible”, appuie-t-il. 

Guillaume Descours