RMC

"Tu peux provoquer un mouvement de foule": Didier Giraud estime dangereuses les coupures de courant dans les stades

Lors du match Agen-Toulouse, le courant a été coupé plongeant tout le stade dans le noir. L'action a été revendiquée par la CGT-Énergie.

C’est désormais un mode de protestation devenu régulier. Les coupures de courant dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites se sont poursuivies ce week-end en France. La CGT Énergie a revendiqué hier les coupures d'électricité pendant deux matches du Top 14 de rugby: Castres-Lyon et Agen-Toulouse. Une action qui a notamment plongé dans le noir le Stade Armandie à Agen. Après une courte interruption, les deux rencontres ont pu aller à leur terme.

L’action a été fermement condamnée par la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne. "Les Français jugeront ce que veut dire le service public pour la CGT Énergie. Parfois, on nous dit 'on cible les préfecture ou 'on cible les entreprises du CAC40', chacun peut voir que ce sont des foyers, des Français comme vous et moi, qui sont affectés", a-t-elle déclaré. 

Un acte dangereux ? 

Pour Didier Giraud, si l’action n’a pas vraiment de sens, elles auraient surtout pu être dangereuse.

"Je ne vois pas quel est le message que tu veux mettre derrière ce genre de coupure d’électricité. Je ne comprends pas. D’autant que dans un stade ça peut être dangereux. Tu peux provoquer un mouvement de foule, un mouvement de panique. Ces gens-là doivent être condamnés", estime-t-il.

Pour Etienne Liebig, cet acte était surtout "un petit geste pour montrer la possibilité de nuire pour que chacun puisse se dire ‘ah oui quand même, ils sont puissants’". 

La CGT Énergie a revendiqué depuis le début de la semaine plusieurs coupures d'électricité sur fond de colère contre la réforme des retraites. Ces interruptions ont affecté des dizaines de milliers de foyers, de Perpignan à Lyon en passant par Nantes et la région marseillaise. Les coupures sauvages sont expressément interdites par la loi et punies pénalement.

Guillaume Descours