RMC

Vacances d'été: "L'absence des touristes étrangers signifie que les prix seront plus élevés pour les Français"

Le directeur du Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine espère que le gouvernement va permettre aux acteurs touristiques de rouvrir rapidement pour relancer au moins le tourisme de proximité.

Les Français pourront-ils partir en vacances cet été ? Cette question habite une grande de la population. Malgré le déconfinement qui doit commencer le 11 mai, les déplacements au-delà de 100 km de chez soi sont toujours interdits. Et les lieux de vacances tels que les hôtels, les restaurants où les plages sont également toujours fermés. 

Mais pour Michel Durrieu, directeur du Comité Régional du Tourisme de Nouvelle-Aquitaine, il faut que les Français puissent partir même si c’est un tourisme régional. 

“Le meilleur raisonnement qu’on puisse avoir, c’est de rouvrir le tourisme avec la proximité. En Nouvelle-Aquitaine, il y a six millions d’habitants. Si on les laisse se balader, c’est déjà une bonne option. Commencer le plus tôt possible, un premier départ pour les résidants, ça peut donner une activité à nos acteurs”, explique-t-il. 

Il estime que sa région accueille chaque 32 millions de touriste dont 4 millions d’étrangers, qui ne pourront être là cet été. Mais il reste encore les 28 millions de touristes français, ce qui représente un chiffre très important pour l’économie de la région. 

Une augmentation des prix

Cependant le manque des touristes étrangers, qui dépensent que les touristes français qui voyagent sur le territoire, va sans doute avoir une répercussion sur le coût des vacances. 

“Ca va signifier des prix plus élevés. On était dans un modèle linéaire. On faisait plus de visiteurs, pour avoir plus de revenus, pour avoir plus d’emplois. Et là, on va se retrouver dans une dynamique inverse où on va avoir moins de capacité, moins de monde, et le seul moyen ça va être de faire plus cher”, explique-t-il. 

Il est cependant conscient que ce changement de modèle risque dans les mois et les années à venir de créer des tensions et des inégalités sociales.

Guillaume Descours