RMC

Vers une abstention massive aux régionales: "Pourquoi certains se plaignent sur les réseaux sociaux mais préfèrent aller à la pêche le jour du vote?"

A l'approche des élections régionales et départementales les 20 et 27 juin, le spectre d'une abstention toujours plus massive plane sur le scrutin.

Les sondages craignent une désertion des bureaux de vote à moins d’une semaine du premier tour des élections régionales et départementales. Les sondeurs estiment que l’abstention pourrait se situer aux alentours de 60%. Déjà; lors des élections municipales de 2020, 58,4% des électeurs s’étaient abstenus.

Cette fois, le Covid-19 n’est plus l’unique raison. Les Français trouveraient le scrutin flou et complexe notamment après le redécoupage des régions, moins nombreuses et bien plus vastes pour certaines. C’est cette raison qui n’aurait pas poussé Marie-Anne Soubré à aller voter dimanche, si elle s’était inscrite sur les listes électorales.

"Déjà on ne comprend pas, il y a les départementales et les régionales. Ensuite, le débat a été totalement déplacé sur des thèmes qui ne correspondent pas à la région. La région, c’est l’éducation, la culture, le transport et on n’a parlé que la sécurité, la sécurité et la sécurité", déplore-t-elle sur le plateau des "Grandes Gueules".

>> A LIRE AUSSI - Régionales: les transports, sujet-clé de la campagne en PACA

Un aveu d’abstention qui a déclenché la colère de Benjamin Cauchy : "Marie-Anne c’est moyen de ne pas aller voter et venir s’exprimer sur tous les sujets politiques", lui a-t-il lancé. "C’est la seule élection où je n’ai pas voté. Tes leçons de démocratie tu peux te les garder. C’est la première fois qu’on fait une émission ensemble, si tu le prends sur ce ton-là… !", lui a rétorqué l’avocate très énervée.

"Les gens disent qu’ils ne croient plus en la politique, mais aux européennes il y a eu une grosse abstention alors qu’il y avait moyen de s’exprimer. Je ne comprends pas pourquoi certains se plaignent sur leur canapé, éructent sur les réseaux sociaux, tapent après le gouvernement mais préfèrent aller à la pêche le jour du vote !", a ajouté Benjamin Cauchy.

Autre problème, les Français ne se reconnaîtraient pas dans les projets des candidats. Près de 7 Français sur 10 estiment que les candidats ne représentent par leurs idées, selon un sondage ViaVoice pour Libération paru ce mardi matin. L’offre morcelée, avec parfois plusieurs candidats de gauche ou de droite jouerait également beaucoup dans le désintérêt des électeurs.

>> A LIRE AUSSI - Régionales: en Bretagne, la flambée du marché de l'immobilier embrase la campagne

G.D.