RMC

On a testé le "Dry January": quels enseignements après un mois sans alcool?

Le "Dry January", comprenez, un mois sans consommer d’alcool, est un concept qui vient de Grande Bretagne et qui s’implante petit à petit en France. Mais après un mois passé sans une goutte, quels enseignements en retenir?

"Pas de problème pour dormir pendant un mois, aucun bouton sur le visage, et l’impression d’avoir un peu dégonflée, d’avoir le ventre un peu plus plat". Manon, membre de l’équipe de l’émission de Maïtena Biraben est formelle: après presque un mois d’abstinence, elle a ressenti "un sentiment de bien-être général".

"Un sentiment de bien-être général"

Un constat scientifiquement prouvé puisque selon une étude menée en Angleterre, 71% des participants au mois sans alcool ont un meilleur sommeil, 67% plus d’énergie et 88% disent avoir fait des économies.

Mais le plus compliqué dans ce défi, si on s’en tient à l’expérience de Manon, n'est pas de prendre seule la décision de dire "non" à l'alcool, c’est surtout le regard des autres.

"Oh t'es pas drôle ce soir, tu bois pas"

Et notamment, lors de repas entre amis, où il existe souvent une véritable pression sociale à consommer de l’alcool.

"Le premier weekend, le vendredi 4 janvier, j’avais une grande raclette chez des amis. Je suis allée me servir un soda, pour avoir quand même un verre pendant l’apéro. J’ai passé 20 minutes à expliquer à mes amis que je n’étais pas enceinte, pas malade, à subir les moqueries du style: 'oh t’es pas drôle ce soir, tu bois pas'".

Défi relevé?

Alors, Manon est-elle parvenue à tenir le "Dry January"? "J’ai échoué, dans la dernière ligne droite", avoue-t-elle.

"J’ai tenu 25 jours sans une goutte d’alcool. Mais vendredi dernier, une amie était là pendant tout le weekend, je la vois très peu, une fois tous les 6 mois et au moment de commander un verre pour trinquer à nos retrouvailles, j’ai craqué!"
M comme Maïtena