RMC

"Passer de Simone Veil à François-Xavier Bellamy, c'est compliqué": dénonce Christian Estrosi sur RMC

Invité de M comme Maïtena ce mercredi sur RMC, le maire de Nice Christian Estrosi (LR) émet des réserves après la désignation de François-Xavier Bellamy en tant que tête de liste de Les Républicains pour les élections européennes.

Une nouvelle tête prend les rênes du parti Les Républicains pour les élections européennes. François-Xavier Bellamy vient d'être désigné en début de semaine tête de liste par les instances dirigeantes du parti présidé par Laurent Wauquiez. Mais cette nomination du jeune professeur de philosophie, adjoint au maire de Versailles (Yvelines) ne fait pas l'unanimité au sein de la droite. De nombreux doutes sont exprimés publiquement par des ténors du parti dont Gérard Larcher, président du Sénat.

Christian Estrosi, maire de Nice et ancien ministre sous Nicolas Sarkozy, était l'invité de M comme Maïtena ce mercredi sur RMC et n'est également pas totalement convaincu par les idées de la nouvelle figure de proue du parti, tout en essayant de rester mesuré.

"Je n'ai pas envie de tirer à boulets rouges contre ma formation politique. J’ai des désaccords. Je regrette que le président des Républicains n’ait pas engagé un dialogue sur le projet et associé les maires qui comptent dans sa formation."

"Quand on est comme moi, quelqu’un qui se reconnaît dans toute l’oeuvre de Simone Veil..."

Le maire de Nice lui reproche notamment sa position sur l'IVG qui a causé beaucoup de remous. L'intéressé a du se défendre et crier à la "fake news", mais Christian Estrosi ne se reconnaît vraiment pas dans son discours. 

"Bellamy je ne le connais même pas. Lorsque je vois ses positions contre l’IVG, sur le mariage pour tous, sur la PMA… On peut être dans une formation politique, avoir une vision très large avec des courants de pensée qui se complètent tout en étant différents, ça ne me dérange pas. Mais quand on est comme moi, quelqu’un qui se reconnaît dans toute l’oeuvre de Simone Veil, vous comprenez que passer de Simone Veil à M. Bellamy c’est un peu compliqué".

Pour autant, il ne ferme pas totalement la porte, et ne votera pas forcément contre sa formation politique en raison de cela, sous réserve que le programme porté par le parti lui convienne.

"J’attends de connaître le projet, et je ne me prononcerai que sur le projet", conclut-il.

James Abbott