RMC

Philippe B., ancien du GIGN: "Qui est plus Peace and Love que le GIGN?"

Cet ancien chef de groupe d'une section opérationnelle raconte dans son livre ses années passées au GIGN. Il y décrit notamment un univers en marge de la société.

Il a passé 15 ans dans les rangs du GIGN. Philippe B., ancien chef de groupe d’une section opérationnelle, publie un livre, GIGN: confessions d’un ops. Dans celui-ci, il détaille comment il en est venu à entrer au GIGN, mais aussi ce qu’est ce métier qui suscite, de par son côté secret, la curiosité de nombreux observateurs. Sans pouvoir tout dévoilé, il explique notamment que pour en arriver là, il faut certaines valeurs. Il sait également, qu’une certaine image leur colle à la peau. Celle d’hommes d’actions, peu causant. 

"On est causant entre nous, on est causant en soirée. Mais on a accès à des choses qui sont quand même assez secrètes. Pour nous, c’est notre quotidien et on se rend très vite compte au GIGN qu’on est un petit peu en marge quand on discute avec la famille et notre entourage. On vit un petit peu en autarcie quand même", confie-t-il. 

Le cinéma comme thérapie

Malgré ce côté en marge qui semble les caractériser, il assure qu’il y a un large panel de profils au sein des GIGN.

"Il y a quelque chose qui nous rassemble c'est certaines valeurs et puis un certain profil quand même. Ce désir de justice, ce respect de la vie. J’avais une discussion avec quelqu’un qui me disait ‘vous n’êtes pas des Peace and Love’, mais si. Qui est vraiment plus Peace and Love que le GIGN ? On combat pour la vie et on est prêt à mettre notre vie en jeu pour défendre des valeurs et la vie", poursuit-il. 

Aujourd’hui, l’ancien membre du GIGN veut retourner à ses premiers amours, à savoir le cinéma. Il voit ce milieu, ce métier comme une thérapie. "J’ai pris des cours et pour jouer les émotions, je n’ai pas besoin d’aller chercher loin grâce à tout ce que j’ai vécu avant", explique Philippe B. 

Guillaume Descours