RMC

Qu'est ce que la stimulation magnétique transcrânienne, nouvelle thérapie pour soigner la dépression?

La dépression est une maladie qui affecte le cerveau. Mais alors que les antidépresseurs étaient la médication la plus utilisée pour traiter cette maladie, les médecins se tournent aujourd'hui vers des méthodes plus douces.

La dépression est longtemps restée une maladie méconnue du grand public. Souvent confondue avec d’autres maladies ou une simple baisse de moral, la dépression est pourtant bel et bien observable notamment lors d’une IRM. 

Alors comment la traiter? Pendant longtemps, les médecins ont usé d’antidépresseurs pour tenter de sortir les patients de la dépression. Pourtant, aujourd’hui des méthodes plus "douces" arrivent notamment des États-Unis. C’est par exemple le cas du traitement dit par stimulation magnétique transcranienne notamment pratiqué dans le Centre de la dépression à Paris. 

"Grâce à l’IRM, on voit où se passe la dépression. C’est en corticale gauche dans le cerveau. On observe un déficit de fonctionnement au travers du fait par exemple que la région en question consomme moins d’oxygène. Ce que l’on fait c‘est en quelque sorte ce que votre kiné fait lorsqu’il vous met une petite machine pour faire travailler un muscle. Si vous mettez une cellule sous une onde électromagnétique, elle va, selon la fréquence, plus ou moins fonctionner", explique Alain Meunier, psychiatre et fondateur du Centre de la dépression à Paris.

Un effet au bout de 7 à 8 séances

L’objectif de cette stimulation est donc d’accélérer le rythme et le fonctionnement normal de neurones. Chacune des séances dure une quinzaine de minutes et il faut une dizaine de séances. 

"Au bout de 7 ou 8 séances, vous avez un effet manifeste, selon les datas américains, sur 87% des patients. Donc, physiquement, vous les voyez reprendre une vertèbre. Quand ils rentrent dans mon bureau, je sais si cela a fonctionné ou pas", reprend le psychiatre.

Il affirme par ailleurs, que ce type de traitement peut s’adapter pour tous les niveaux de dépressions.

Guillaume Descours