RMC

Aidants sexuels: "Cela questionne la place d'une personne handicapée dans la société"

Ce mardi dans Brunet-Neumann, Christine, cadre dirigeante dans le secteur médico-social, a plaidé pour rouvrir le débat sur les assistants sexuels pour les personnes handicapées.

Le gouvernement a rouvert ce week-end le débat sensible sur le recours à des assistants sexuels pour les personnes handicapées. Un débat bienvenu pour Christine cadre dirigeante dans le secteur médico-social qui estime qu'il faut "un changement global dans la société".

"Tout au long de ma carrière j'ai été confronté à cette question de la sexualité des personnes handicapées. Quand j'ai commencé ma carrière, la structure dans laquelle je travaillais n'était pas mixte. On constatait des relations homosexuelles par défaut ou bien des tentatives de masturbation non abouties qui aboutissaient à des troubles hétéros-agressifs et un regard désobligeant de la part de certains travailleurs sociaux. Moi je considérais que c'était un droit légitime de la personne d'avoir une sexualité", a-t-elle expliqué.

"Guider le geste de la masturbation"

Et d'expliquer que le personnel médical est parfois amené à devoir "guider" la sexualité de certaines personnes en situation de handicap: "Dans notre profession, on peut être amené à guider le geste de la masturbation chez un homme ou une femme pour apaiser les tensions".

Saisi en 2012, le CCNE n'avait pas donné de feu vert à la mise en place d'aidants sexuels, que certaines associations souhaitaient voir autorisés en France. Mais depuis 2012 "la société a mûri", "c'est un vrai sujet de société", a estimé dimanche la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel.

P.B.