RMC

Ce chef des Urgences de l’hôpital de Mulhouse tire la sonnette d’alarme: "La situation aujourd’hui est plus que préoccupante"

Marc Noizet, chef des Urgences de l’hôpital de Mulhouse, s'inquiète du manque de lits de réanimation dans notre pays et évoque une situation "préoccupante".

"La situation aujourd’hui est plus que préoccupante". Le chef des Urgences de l'hôpital de Mulhouse, Marc Noizet, n'est guère optimiste sur la crise que nous connaissons aujourd'hui dû à l'épidémie du coronavirus.

"Nous n’avons plus de places pour hospitaliser les patients sans critères de gravité"

"Ça fait une semaine qu’on voit les données d’activités qui montent, des patients de plus en plus nombreux qui arrivent dans l’hôpital, explique-t-il, inquiet. Aujourd’hui, nous n’avons plus de places sur le territoire pour hospitaliser les patients sans critères de gravité mais qui nécessitent de rester à l’hôpital".

"Et la deuxième chose qui nous inquiète beaucoup plus, c’est la disponibilité des lits de réanimation. Vous savez que la problématique de cette pathologie, c’est de créer des tableaux de détresse respiratoire très importants chez des sujets âgés comme chez des sujets jeunes".

"Nous avons augmenté nos places de réanimation et malgré ça, nous sommes complètement saturés"

"Ils nécessitent obligatoirement une anesthésie, une ventilation mécanique avec des respirateurs et des équipes de réanimation. Les lits de réanimation sont rares sur le territoire. Nous avons augmenté nos places de réanimation sur les deux hôpitaux du Haut-Rhin et malgré ça, nous sommes complètement saturés.

"Hier, pour vous donner un schéma, nous avons entre 8h et 23h, pris en charge plus de 25 patients dans la situation que je vous décris pour un total de lits sur le département qui est de 110 avec les ouvertures de lits qui ont été réalisées. La durée de séjour est de 15 jours en moyenne".

Brunet/Neumann (avec Maxime Trouleau)