RMC

"Gilets jaunes": sécuriser les rassemblements, le travail compliqué des forces de l'ordre

RMC
Les forces de l'ordre ont du mal à sécuriser les manifestations des "gilets jaunes" dont la plupart ne sont pas déclarées en préfecture.

La mobilisation des "gilets jaunes" présente-t-elle un risque pour la sécurité? C’est ce que croit le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui a brandi le risque d’attentat alors qu’une nouvelle action des gilet jaunes est prévue samedi à Paris notamment. 

Pour Thomas Toussaint, délégué syndical d’UNSA police, c’est surtout le côté spontané de la mobilisation qui pose problème aux forces de l’ordre ainsi que les rassemblements qui ne sont pas déclarés en préfecture.

"Ils nous posent des problèmes par rapport à l’organisation préalable. Samedi, on a découvert qu’il y avait plus de 2000 points de rassemblements. Les autorités n’avaient pas tablé sur autant. On est sur des rassemblements un peu spontanés, où chaque "gilet jaune" décide à un moment de faire ce qu’il veut. On a bien vu que rien n’était bien cadré et que les forces de l’ordre étaient obligées de courir derrière les manifestants pour pouvoir les encadrer", explique-t-il. 

Un "Yellow Friday" vendredi

Alors que samedi, une nouvelle mobilisation massive des "gilets jaunes" est prévue avec notamment l’opération "Tous à Paris", certains envisagent également de se rassembler dès vendredi pour un "Yellow Friday". Le but serait de bloquer le Black Friday en bloquant des supermarchés et des centres commerciaux. 

"Voilà toute la problématique qu’il en ressort. On est sur une organisation pour samedi prochain et on en vient d’apprendre, le mercredi, que vendredi, il y aurait peut-être quelque chose qui vient se rajouter vendredi sur Paris. Donc pour sécuriser ces rassemblements, c’est très compliqué", précise le syndicaliste.

Les Grandes Gueules (Avec G.D)