RMC

"Je supplie les Français d’arrêter de voter en raison d’un pseudo-vote utile" réclame Nicolas Dupont-Aignan

A quelques heures du "Grand débat" sur BFMTV et RMC, Nicolas Dupont-Aignan était invité dans Radio Brunet ce mardi. Le candidat qui ouvrira le débat ce soir, a appelé les Français à voter selon "leur cœur".

Il aura la lourde de tâche de lancer les hostilités. Mais à quelques heures du Grand débat sur BFMTV et RMC ce mardi soir, Nicolas Dupont-Aignan ne prépare rien de surprenant. Le candidat souverainiste, qui a proposé à chaque candidat de signer sa charte éthique lundi, a affirmé dans Radio Brunet son intention de rester fidèle à lui-même pendant le débat.

"Je serai moi-même. Si à trois semaines de l’élection on a besoin, quand on est candidat, de réviser des fiches, de prendre des conseils de communiquant à la noix qui ont fait du mal à la France, cela veut dire que l’on n’est pas apte à exercer cette extraordinaire fonction. Donc je viens avec mes projets, mes convictions, mon caractère".

Le candidat qui n’avait pas été invité chez TF1 pour le premier débat, garde une certaine rancœur contre la chaîne. Il appelle également les Français, à ne plus tenir compte de la notion de vote utile, qui ne sert selon lui, que les politiques. "Concernant TF1, ce n’est pas une colère, c’est le sentiment profond d’un vice de forme de notre démocratie et d’une injustice. Une injustice qui n’est pas seulement par rapport à moi, mais par rapport aux Français. Je suis content qu’aujourd’hui, beaucoup de Français comprennent qu’il ne faut pas suivre les sondages mais leur cerveau, leur cœur, leur âme, leur conscience pour voter".

"Je traite les Français en adulte, pas en enfant"

"Si enfin, on pouvait voter par adhésion à une personnalité et à un projet plutôt que par rejet des autres, ce ne serait pas mal. Le vote utile n’a été utile que pour les hommes politiques qui s’accrochent au pouvoir depuis 20 ans. Je supplie les Français d’arrêter de voter en raison d’un pseudo-vote utile, qui les a fait souffrir depuis 20 ans. Ce soir je suis heureux qu’il y ait un débat et les Français vont juger. Je les traite en adultes, pas en enfants".

Radio Brunet avec A. B.