RMC

Malvoyant et son accompagnateur agressés: "Le guide qui a pris des baffes va réfléchir à deux fois avant de revenir"

Pour Thierry James, vice-président de la Fédération des Aveugles de France, le pire est à venir pour les non-voyants qui espèrent trouver des guides.

Depuis dimanche, la vidéo est devenue virale. Elle montre une personne handicapée et son accompagnateur agressé par un automobiliste qui a failli les renverser à un passage piéton à Paris. Sur la vidéo, tournée par un cycliste, on peut voir l’automobiliste s’en prendre physiquement à l’accompagnateur sous prétexte que ce dernier a mis un coup sur le véhicule. 

Cette agression s’inscrit plus largement dans une tendance. En effet, entre août 2017 et août 2018, 173.179 actes de violence gratuite ont été recensés. Un chiffre record. 

"C’est inacceptable d’abord parce qu’une personne non-voyante ne trouve pas toujours facilement une personne pour la guider, pour la rassurer dans la rue. Donc la personne qui l’accompagnait et qui a pris des baffes va réfléchir à deux fois pour revenir guider une personne non-voyante. Et ça, c’est une conséquence directe, cette personne va être sur la réserve", explique Thierry Jammes, vice-président de la Fédération des Aveugles de France. 

"L'accompagnateur ne va pas revenir tout de suite"

Cependant, il estime que l’automobiliste ne pouvait pas anticiper les conséquences qu’aurait son acte.

"Hormis devenir dingue parce qu’on lui a frôlé sa jolie voiture, il ne peut pas comprendre les conséquences. C’est-à-dire que la personne malvoyante va avoir peur de sortir seule et en même temps elle va devoir trouver un autre accompagnateur parce que celui-ci, à mon avis ne va pas revenir tout de suite", précise-t-il.

Il regrette notamment que l’automobiliste ne se soit pas rendu compte de ce qu’il était en train de faire. "Il n’est pas redescendu dans sa violence. Je pense que notre société s’emporte un peu, devient un peu folle", conclue Thierry Jammes. 

Guillaume Descours