RMC

Réunion de crise en Angleterre: "La famille royale a besoin du soutien de l’opinion publique", juge le journaliste britannique Philip Turle

Le prince Harry, Le prince Charles et le prince William, et la Reine seront présent lors de cette concertation inédite. Meghan Markle, partie au Canada, sera présente par téléphone.

Réunion de crise en Angleterre ce lundi. Alors que le Prince Harry et sa femme, Megan Markle, ont annoncé leur volonté de renoncer à leur rôle au sein de la famille royale la semaine dernière, la Reine a convoqué une réunion pour gérer une situation critique. Seront notamment présent le Prince Harry, la Reine, le Prince Charles et le prince William. Meghan Markle, elle, devrait suivre cette réunion par téléphone, puisqu’elle est retournée au Canada. 

"Il est crucial qu’à la fin de cette réunion, on est des réponses pour commencer à écrire un avenir à Harry et Meghan. Pourquoi, parce que la famille royale a besoin du soutien de l’opinion publique. Or, elle a été secouée l’année dernière par l’accident de route du prince Philippe à 97 ans et encore par l’histoire de Andrew avec Jeffrey Epstein. La reine a même dit lors de son discours de Noël que la route était un peu ‘cabossée’ en 2019, elle était loin de penser à ce qui lui est tombé dessus aujourd’hui", explique Philip Turle, journaliste britannique à France 24. 

Si cette affaire reste bien moins grave que celle du prince Andrew par exemple où il est question de relation sexuelle avec une mineure, pour le journaliste, c’est la manière dont la nouvelle est tombée qui a provoqué cette crise. En effet, Harry et Meghan ont annoncé leur décision dans un communiqué qui a été publié sans que la Reine ne soit prévenue. La principale cible des critiques, notamment de la part des tabloïds, c’est bien l’actrice américaine, Meghan Markle. 

Le fantôme de la princesse Diana

Pourtant, selon Philip Turle, elle n’est pas la seule responsable de cette démission.

"Harry est hanté par le souvenir de sa mère qui était pourchassée par tous les journalistes. Il a déclaré l’année dernière : ‘quand j’entends un clic d’appareil photo, ça me renvoie à cette époque et je ne supporte plus ça’. De l’autre côté, il a sa femme qui vient et qui, je pense, à un peu mal calculé l’effet des tabloïds qui allaient tomber sur elle pensant qu’avec sa carrière de comédienne elle pourrait gérer ça. Mais pas au niveau de la famille royale britannique. Donc elle a envie d’être protégée. Et Harry voit sa femme pourchassée comme sa mère, et maintenant, ils ont un enfant donc il se dit ‘il faut que ça s’arrête et qu’il faut qu’on parte’", affirme Philip Turle.

Du côté des Britanniques, plus de 80% de la population estiment que le couple ne doit recevoir aucun soutien financier de la famille royale, selon un sondage YouGov. Meghan et Harry ont déjà renoncé à leur part de l'allocation royale. Elle représenterait 5% de leurs revenus.

Guillaume Descours