RMC

A Blagnac, "une brigade du tigre" s'attaque aux moustiques tigres

L'implantation du moustique tigre sur le territoire français se poursuit à grande vitesse cette année. Un insecte qui n'est pas plus dangereux qu'un moustique classique mais qui est vecteur de virus potentiellement redoutables.

Ils sont une centaine d'habitants à s'être mobilisés. Leur nom: la brigade du tigre et leur ennemi commun: le moustique tigre. Yvonne est la fondatrice du collectif elle connaît son ennemi par cœur: "Les moustiques tigres passent d'un jardin à l'autre, c'est comme cela qu'ils se propagent".

La mission de la brigade du tigre: faire la chasse aux eaux stagnantes: "On a retourné les pots, couvert les potiches. Ça fait deux ans qu'on luttait seuls dans notre jardin et on s'est rendus compte que comme le moustique tigre a un territoire de 100 mètres, si nous étions les seuls à entretenir notre jardin, ça ne permettait pas de les limiter. Les moustiques passaient d'une barrière à l'autre".

Le moustique tigre, une espèce urbaine

Une brigade essentielle pour Stéphane Robert président de Vigilance moustiques. Il faut limiter la propagation du moustique tigre surtout vers les zones d'habitation: "C'est une espèce urbaine parce qu'elle va très facilement trouver les trois éléments dont elle a besoin: des zones de température pas excessives, des eaux stagnantes un peu partout et du sang humain", précise-t-il.

Pour aider la brigade du tigre, la mairie de Blagnac a appelé du renfort. Elle a installé des nichoirs a chauves-souris et a réintroduit des poissons dans les eaux courantes, deux prédateurs du moustique tigre.

Romain Poisot avec Paulina Benavente