RMC

Affaire Fiona: Pour l’avocat du père, "la manipulation et le mensonge ont triomphé sur la vérité"

-

- - AFP

La Cour d'Assises du Puy-de-Dôme a condamné Cécile Bourgeon, la mère de la fillette, à 5 ans de prison et Berkane Makhlouf son ex-compagnon à 20 ans de réclusion criminelle.

Deux peines bien différentes au verdict du procès de la mère et du beau-père de la petite Fiona. Fiona, c'est cette fillette de 5 ans décédée de maltraitance en mai 2013 à Clermont-Ferrand. Mais dont le corps n'a jamais été retrouvé. Les jurés ont donc reconnu coupable le beau-père des violences qui ont causés la mort de la fillette, mais pas sa mère, qui a été condamné uniquement pour non-assistance à personne en danger et pour le mensonge lié à son enlèvement inventé de toute pièce.

"Le droit l’a emporté sur la rue"

Cécile Bourgeon a également été condamnée à ne plus voir à vie ses deux autres enfants. "Le droit l’a emporté sur la rue, se satisfait Renaud Portejoie, l’un des avocats de Cécile Bourgeon. J’ai manifestement été entendu, ça n’était pas simple. Le climat était très tendu. La cour d’assise avec courage a su se départir de l’émotion et rendre la justice sereinement. J’ai discuté avec elle, elle se félicite aussi de cette décision. Elle est condamnée sur la base des faits qu’elle reconnaissait, à savoir la dénonciation mensongère et la non-assistance à personne en danger, pas plus. Elle a toujours contesté les coups, elle est acquittée pour les coups mortel".

"Nous espérons faire triompher la vérité"

Du côté du père de Fiona, ce verdict provoque à l’inverse une grande déception. "La manipulation et le mensonge ont triomphé sur la vérité, selon Charles Fribourg, l’avocat du père. On espérait que les jurés comprennent cette relation complexe. Un meurtrier a été retenu, Berkane Makhlouf, avec une peine forte. Il me semble compte tenu du contexte des réquisitions qui ont été faites qu’un match retour s’impose. Nous espérons faire triompher la vérité, l’honnêteté et le courage sur la manipulation et le mensonge". Si le ministère public ne fait pas appel de cette décision, la mère de Fiona sortira de prison début 2017.

Gwenaël Windrestin (avec AM)