RMC

Affaire Vincent Lambert: sur RMC, l'avocat des parents reconnait que l'expression "C'est la remontada!" "n'était pas adaptée"

A la surprise générale, lundi soir, la cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des traitements pour Vincent Lambert.

Nouveau coup de théâtre dans l'affaire Vincent Lambert. Après plusieurs décisions justifiant la fin des soins prodigués à ce tétraplégique en état végétatif depuis dix ans, lundi soir, la cour d'appel de Paris a "ordonné à l'Etat français (...) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l'alimentation et l'hydratation" de Vincent Lambert. 

Cet nouveau rebondissement, dans une affaire qui a déjà connu de nombreux remous judiciaires depuis 2013, a été fêté par la mère de Vincent Lambert, Viviane, comme "une très grande victoire". Son neveu François, favorable à l'arrêt des traitements, a dénoncé du "sadisme pur". 

La nouvelle est tombée en pleine marche parisienne réunissant plusieurs centaines de personnes réclamant "la vie pour Vincent". Une énorme clameur a retenti quand les deux avocats des parents ont lancé à la foule, en apprenant leur victoire par téléphone: "On a gagné! C'est la remontada!", allusion aux retournements de situations inattendues dans le football, notamment.

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Me Jean Paillot est revenu sur cette phrase qui a surpris les nombreux observateurs de l'affaire. L'avocat s'est alors justifié et a reconnu que le "mot n'était pas adapté": "C'était dans l'enthousiasme, et du fait de ma culture footballistisque... Ce n'était pas un mot adapté, je vous l'accorde". 

Les avocats des parents de Vincent Lambert sont désormais attendus au centre hospitalier de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des traitements.

Xavier Allain