RMC

Carburant: les salariés de Total gagnent-ils vraiment 5.000 euros par mois?

La bataille des chiffres fait rage entre directions et syndicats. Selon TotalEnergies, les opérateurs de raffinerie touchent 5.000 euros par mois en moyenne. Du côté des syndicats, on estime plutôt une rémunération minimale d'environ 2.100 euros par mois, hors primes.

La direction de Total a divulgué ce lundi le salaire moyen des opérateurs des raffineries. Selon eux, ils touchent en moyenne 5.000 euros par mois. Des révélations qui ont fait bondir les grévistes. Le but était de monter l'opinion publique contre le mouvement, alors que les mouvements de grève ont été reconduits mardi.

Ce montant inclut le 13e mois, l'intéressement, ainsi que toutes les primes, dont la prime de quart, qui compense le fait que les opérateurs travaillent la nuit, les dimanches et les jours fériés. Les salaires de base sont plus faibles. Environ 3.500 euros brut en moyenne pour 15 ans d'ancienneté selon le document interne que nous nous sommes procurés, avec un salaire minimum à environ 2.000 euros en début de carrière pour l'échelon le plus bas.

Le chiffre de 5.000 euros mis en avant par la direction est donc vrai, mais les syndicaux répondent que c'est une moyenne. Et ce sont justement les opérateurs avec des salaires plus faibles qui sont très présents parmi les grévistes aujourd'hui, ainsi que les autres salariés qui touchent moins de primes, comme à la maintenance ou dans les services supports.

Une prime d'intéressement et de participation de 9.108 euros

À ExxonMobil, la CGT fait par exemple valoir un salaire à l'embauche pour les ouvriers employés et agents de maîtrise de 2.120 euros bruts. Un chiffre qui recoupe les estimations de multiples plateformes, comme Indeed, et de la CGT Total Energies, qui évoque une rémunération minimale de 2.100 euros par mois sans les primes, de 3.330 euros primes incluses.

Chacun tire donc les chiffres de façon à plaider sa cause. Les syndicats prennent les salaires à l’embauche, les plus bas. Et les directions, les salaires moyens, qui intègrent l’ancienneté. Ils ont tendance à sous-estimer les multiples primes: primes de quarts, primes de pénibilité, la prime Macron, alors que les directions ont tendance à sous-estimer les heures supplémentaires.

Surtout, les syndicats éludent un peu vite l’intéressement et la participation, 9.108 euros cette année chez Total, avec un minimum de 7.250 euros. Et enfin, leurs gains sur les actions Total puisqu’ils détiennent 7% du capital, plus que Blackrock, 1er actionnaire privé. Donc, tout compris, les chiffres des directions reflètent davantage la situation globale.

Emmanuel Lechypre et Victor Joanin