RMC

L'Espagne supprime la TVA sur les produits de première nécessité: une bonne idée?

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité pendant six mois. Une idée qui peut s'avérer un piège politique.

Partout en Europe on continue de prendre des mesures pour protéger le pouvoir d'achat. Le gouvernement espagnol, mené par le leader socialiste Pedro Sanchez, vient ainsi de décider de supprimer la TVA sur les produits de première nécessité pour les six prochains moins. Ainsi, le pain, le lait, le fromage, les fruits, les légumes, les céréales,… qui ont un taux de 4% de TVA auront un taux de 0% pendant dix mois. L'huile et les pâtes, taxés à 10% le seront à 5% pendant la même période.

Si cette annonce importante a été annoncée en grande pompe dans une conférence de presse, mardi, l'application de cette suppression de TVA n'est pas encore faite. En effet, pour modifier un taux de TVA, il faut obtenir un accord ou une dérogation de la part de la Commission européenne. Pour l'instant, Pedro Sanchez ne l'a pas et va devoir négocier sec.

La TVA, impôt qui rapporte le plus à l'État

En France, cette mesure avait été proposée par Marine le Pen et le Rassemblement National pendant la campagne présidentielle, avec l'idée d'une TVA à 0% sur un panier de produits de première nécessité. Cette idée est toujours portée par les députés RN à l'Assemblée. Mais ce n'est pas forcément une bonne idée. En effet, les produits de première nécessité étant peu chers par définition le gain de pouvoir d'achat ne serait pas très conséquent.

De plus, la TVA est une vache sacrée en France. C'est l'impôt qui rapporte le plus à l'État avec 102 milliards d'euros de recettes cette année, soit plus du tiers à elle seule de l'ensemble des recettes fiscales de l'Etat. Quand on sait à quel point il est difficile de faire rentrer l'argent en ce moment on voit assez mal le gouvernement se lancer dans une telle opération.

Un piège politique?

De plus, quand vous baissez la TVA sur des produits de grande consommation vous la baissez pour tout le monde, y compris pour celles et ceux qui sont parfaitement capables de supporter une petite hausse de prix. Cet effet est exactement ce qui est arrivé en France ces derniers mois avec les différentes ristournes à la pompe qui ont coûté des milliards à l'Etat dont certains pour rien.

Enfin, comme la nature a horreur du vide, il n'est pas exclu que les industriels profitent de cette baisse de TVA pour augmenter ni vu ni connu le prix des produits concernés. Dès lors, l'effet serait nul sur le consommateur. C'est ce qui s'est passé pour les restaurateurs qui avaient bénéficié d'un taux de TVA réduit, il y a dix ans, pour embaucher plus et augmenter leurs salariés sans grand succès.

Et puis une telle mesure peut représenter un vrai piège politique. Même si ça n'est que pour une durée de six mois, il est très difficile de réinstaurer la TVA par la suite. De ce point de vue-là, on souhaite bien du plaisir à Pedro Sanchez pour l'expliquer à son opinion publique au printemps prochain.

Guillaume Paul