RMC

La crise sanitaire, un mal pour un bien pour la productivité française

Le troisième rapport du Conseil national de la productivité vient d'être publié. Il pose la question de la perte ou du gain d'efficacité de l'économie française avec la crise sanitaire. Sa conclusion, c'est que le Covid a été peut-être un mal pour un bien pour l'économie française, notamment sur le télétravail et la numérisation de l'économie française.

L’économie française a-t-elle gagné ou perdu en efficacité depuis le début de la crise sanitaire? C'est la question que se pose le troisième rapport du Conseil national de productivité (CNP), qui vient d’être publié. Ce n'est pas très connu mais la productivité c’est le cœur du progrès depuis que l’homme existe: c'est la capacité à toujours mieux combiner le travail et les machines pour produire davantage à moindre coût. En gros sans productivité, nous serions toujours des hommes des cavernes.

Conclusion : la France a plutôt mieux résisté pendant la crise sanitaire que ses voisins, avec plutôt moins de déficit et de dette publique qu’au Royaume-Uni, en Espagne et aux États-Unis. De quoi relativiser le quoi qu’il en coûte et faire dire que la crise sanitaire a peut-être été un mal pour un bien pour la France.

Une transition numérique accélérée

Surtout à moyen terme, la crise sanitaire pourrait avoir un impact positif sur la productivité. Parce qu'il y a d’abord l’accélération de la transition numérique: en moyenne on estime que les entreprises se sont informatisées en deux ans comme elles l’auraient fait en sept ans s’il n’y avait pas eu la crise sanitaire. Sur les petits commerces, il n'y avait qu'un tiers sur internet en 2018, c'est la moitié aujourd'hui.

Il y a aussi l’effet darwinien de la crise qui va se faire sentir, avec la disparition des entreprises les plus fragiles (les fameuses 'entreprises zombies') au fur et à mesure que les aides vont disparaitre. Ainsi, la "destruction créatrice" va provoquer un rajeunissement de notre économie.

Les effets positifs du télétravail

Il y a aussi eu les effets positifs du télétravail, pratiqué régulièrement aujourd'hui par 21% des Français, contre 4 % en 2019. Le travail à domicile se serait avéré, pendant toute la durée de la pandémie, une source de résilience économique qui, selon certaines estimations, a représenté 8 % à 14 % du PIB au creux de la récession due au Covid-19, ce qui pourrait améliorer la productivité d’environ 9%.

Ainsi, la puissance du moteur économique français augmente. Globalement, l'économie française aura ainsi plus de chevaux sous le capot.

Emmanuel Lechypre (avec MM)