RMC

La dette publique devrait atteindre 3.000 milliards d’euros en 2023, est-ce si grave?

Ministère des Finances à Bercy

Ministère des Finances à Bercy - AFP

Le déficit de l’Etat se creuse encore et toujours, et pourrait atteindre le seuil des 3.000 milliards d’euros en 2023. Mais pour le moment, les agences de notation ne s’alarment pas sur la situation économique de la France.

Du jamais vu, tout simplement. Si l’on fixe souvent de nouveaux caps à tenir pour la nouvelle année, celui-ci ne devrait pas ravir du côté de l'exécutif. Ce cap qui fâche, c’est celui de la dette publique française. Elle devrait franchir les 3.000 milliards d'euros au début de l'année 2023, un montant jamais atteint dans l’histoire du pays.

Pour rappel, la dette publique est l’appellation que l’on donne à la somme des déficits accumulés par l’Etat, des déficits qu’il faut combler chaque année en empruntant sur les marchés financiers internationaux.

Ces emprunts sont devenus monnaie courante chaque année, et ce depuis 1974. C’est la dernière année au cours de laquelle les comptes publics français ont été dans le vert.

Afin de mieux se rendre compte de la santé financière du pays, la coutume est plutôt d’exprimer cette dette en fonction de la richesse créée chaque année. Aujourd’hui, le cumul des dettes de l’Etat représente 113% de la richesse créée, soit plus d’une année de Produit intérieur brut (PIB).

Des chiffres relativement mauvais donc, et empirés par la crise sanitaire de la Covid-19. Sur les 3.000 milliards de dette, presque 600 sont dus aux dépenses engagées pour la gestion de la pandémie.

Une si mauvaise nouvelle que cela?

Afin de mettre en perspective la situation du pays, il est possible de regarder le classement des pays européens les plus endettés. La Grèce est en tête de ce classement avec une dette estimée à 182 % du PIB grec. La France se retrouve en cinquième position, tandis que l'Allemagne est positionnée bien loin derrière. Mais le classement de la France ne va pas s'arranger en 2023 puisque le pays s'apprête à emprunter une somme record, faisant de la France le pays de la zone euro qui émet le plus de dette.

Toutefois, si les chiffres semblent être mauvais au premier coup d'œil, les économistes n’ont pas vraiment mis en avant de niveau au-delà duquel la situation devient problématique. Et d’ailleurs, des pays très endettés vont relativement bien, à l’instar du Japon. Sa dette est estimée à… 264% de son PIB, très loin devant la France. Mais, d’un autre côté, des pays moins endettés vont mal, comme l’Argentine par exemple, qui a une dette publique de 86,5% de son PIB.

En ce qui trait à la France, les agences de notation, sorte de guide Michelin des investisseurs, ne tirent pas la sonnette d’alarme pour le moment. Il existe toutefois deux motifs d’inquiétude pour le pays. Une trop grande partie de notre endettement sert à financer des dépenses de fonctionnement, et non des dépenses d’investissement qui financent notre croissance future.

La deuxième source d’interrogation concerne le prix des emprunts réalisés par la France. En 2023, la remontée des taux d’intérêt va alourdir nos mensualités. La France a subi 15 milliards d’euros de hausse de charges de la dette en 2022, et ça ne s’améliorera pas en 2023.

Emmanuel Lechypre (avec A.L)