RMC

Prix de l'électricité: une mairie paye le loyer des commerçants en difficulté

Face aux difficultés de la boucherie et de la boulangerie, la mairie d'une petite commune du Val-d'Oise a décidé d'exempter ces deux commerces de leur loyer pendant six mois.

Pour aider ses commerces à survivre, la mairie de Sagy, une petite commune de 1.100 habitants dans le Val-d'Oise, a décidé d'offrir six mois de loyer à deux boutiques, la boulangerie et la boucherie. Les deux commerces, qui existent depuis 15 ans, vont économiser 500 chaque mois chacun. Pour la mairie, le manque à gagner est de 6.000 euros. Peu importe, "il faut sauver nos petits commerces", assure au micro de France Bleu Guy Paris, le maire de la commune.

"On a pris nos responsabilités face à l'urgence et on fera les comptes plus tard. Si on avait pu, on les aurait exonérés de loyer dès le mois de décembre", ajoute l'élu.

Car les artisans font face à de fortes hausses de leur facture d'énergie. "C'est gentil de la part du maire, mais ça ne va pas nous emmener très loin", déplore Grégory, le boucher, qui évoque également une hausse des matières premières. La boulangerie a vu sa facture d'électricité passer de 2.000 à 5.000 euros. Des hausses qui ont déjà entraîné des licenciements.

Factures multipliées par dix

"On ne peut pas sans arrêt dire qu'on va maintenir les petits commerces dans les centres-villes et à la première difficulté, s'en aller", estime sur le plateau des "Grandes Gueules" le fromager Johnny Blanc. "Ce n'est pas au contribuable de payer le loyer des commerçants mais c'est une mesure transitoire parce que le prix de l'énergie va retomber", prédit-il, déplorant un prix artificiel de l'électricité.

Les prix de l'électricité ont explosé cet hiver, poussant de nombreux artisans, notamment des boulangers, à mettre la clé sous la porte. Les fours à pains des boulangeries, très consommateurs en électricité, ont fait s'envoler les factures. Certains artisans ont vu celles-ci multipliées parfois par dix.

G.D.