RMC

Réforme des retraites: combien vont coûter les grèves?

La mobilisation contre la réforme des retraites prend forme, avec plusieurs grandes journées de grèves annoncées. Mais quel peut être l'impact économique de ces grèves, selon les différents scénarios? Les explications d'Emmanuel Lechypre.

La réforme des retraites, annoncée mardi par Elisabeth Borne, a formé dans la foulée un front syndical annonçant une grande journée de grève le 19 janvier prochain. Sans présager de la mobilisation et du soutien à cette grève, l'impact de ce mouvement social peut être regardé à l'aune de l'histoire des différents conflits depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

On peut ainsi déceler trois scénarios de grande mobilisation sociale en France: le premier, c’est celui de la grande grève générale qui paralyse le pays, comme en mai 1968. L’impact économique a été très violent, avec une baisse de 5,3% de l’activité au deuxième trimestre 1968. Seul le premier trimestre 2020 - à cause du Covid-19 et du confinement - a été pire. Mais cette mobilisation a été suivie d'un fort rebond par la suite: 4,5 % de croissance en 1968 puis 7,1 en 1969.

>>> Abonnez-vous à RMC sur Google pour retrouver le meilleur de l’actualité

Un impact infime en 1995

Le deuxième scénario, est celui des grèves de 1995 contre le plan Juppé sur les retraites spéciaux et la sécurité sociale. Le Premier ministre de l'époque proposait à l'époque un allongement de la durée de cotisation pour les salariés du public, la fin des régimes spéciaux et des mesures sur la sécurité sociale.

Il y avait eu au total 22 jours de grève consécutifs contre la tentative de réforme des régimes spéciaux, qui avait provoqué la paralysie des transports, notamment la RATP et la SNCF, ou des grèves à La Poste. Les secteurs du commerce, du tourisme, de l'hôtellerie-restauration avaient aussi particulièrement souffert. Au final, ces grèves avaient coûté de 0,2 point de croissance au quatrième trimestre 1995 selon l’Insee, mais l'impact avait été à peine visible sur le bilan de l’année.

Dans le même genre, la grève de décembre/janvier 2019 contre la première réforme des retraites – avortée – d'Emmanuel Macron avait eu un impact économique de 400 millions d’euros par jour et coûté 0,1 à 0,2 point de croissance en moins sur le quatrième trimestre 2019.

>> Retrouvez Lechypre d’affaires en podcasts sur le site et l’appli RMC

Les petits commerçants impactés par les gilets jaunes

Le troisième scénario possible est celui de novembre 2018 avec le mouvement des gilets jaunes et des manifestations qui échappent aux syndicats dans toute la France. Dans ce cas précis, l’impact sur la croissance a été imperceptible, notamment parce que les manifestations avaient lieu le week-end. Mais plusieurs secteurs avaient quand même beaucoup souffert, notamment les petits commerçants, les manifestations et blocages se concentrant dans les zones commerciales et les centres-villes.

10.000 petits commerçants avaient été affectés sur les 850.000 en France. Si en plus la violence se rajoute au cortège, la facture peut vite monter. Pour les 20 premières villes de France, chaque samedi de casse pendant cette mobilisation aurait coûté 20 à 25 millions d'euros, selon France urbaine. La voirie, le mobilier urbain, le nettoyage et la remise en état sont pris en compte dans ce décompte.

Emmanuel Lechypre (avec MM)