RMC

Coupures ciblées contre la réforme des retraites: "Intimidation inacceptable" pour Pannier-Runacher

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runnacher a estimé sur RMC-BFMTV que les coupures d'électricité volontaires et les opérations sauvages de gratuité mises en places par la CGT ne sont pas une manière correcte de lutter contre la réforme des retraites.

Après la grande manifestation de jeudi dernier contre la réforme des retraites, les moyens de "lutte" se diversifient. La CGT Mines-Energie a prévenu lundi qu'elle commencé à s'organiser pour de nouveaux "temps forts": comme des coupures volontaires, gratuité pour certains clients, ou de nouvelles baisses de production. Le syndicat prévient qu'il ne s'interdira rien "jusqu'au retrait" du projet.

Des moyens d'actions qu'Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, condamne ce mardi sur RMC-BFMTV. Elle "appelle à la responsabilité".

"On peut être contre un projet de loi, on peut manifester, mais l’intimidation est inacceptable et le fait de couper l’électricité comme ça est illégale. Nous sommes l’Etat, nous devons faire respecter la loi", rappelle-t-elle.

Opérations de gratuité: "C'est certainement illégal et je ne sais pas si c'est moral"

Des opérations de "gratuité" se précisent, comme à Marseille où le syndicat entend réduire la facture de commerçants dont les notes d'électricité montent, comme les boulangers. Une action qu'Agnès Pannier-Runacher n'approuve pas non plus.

"In fine ce sera le contribuable qui va payer, c'est certainement illégal et je ne sais pas si c'est moral", tranche-t-elle, rappelant que le gouvernement est "très attentif" à la situation des boulangers.

Selon la CGT, des coupures ciblées pourraient de nouveau avoir lieu cette semaine après celles qui ont touché la semaine dernière une députée Renaissance du Lot, le centre de Montpellier, et les villes de Massy (Essonne) et Chaumont.

J.A.